• Suicide Island / 1 – Kouji Mori

    Le Japon ne sait plus que faire de ses suicidés. Les soins de santé sont trop élevés et les récidivistes trop nombreux. Le gouvernement a donc décidé d’envoyer les suicidaires sur une île, « Suicide Island ». (D’entrée, on pense à Ikigami et aux façons radicales qu’a le gouvernement japonais de gérer sa démographie). Sei, hospitalisé après une tentative de suicide, se réveille sur une île avec de nombreux jeunes gens et jeunes filles de son âge. Tous ont tenté de mettre fin à leurs jours, ont été soignés puis leur identité a été effacée avant qu’ils soient débarqués sur cette île : aux yeux de leur pays et du monde, ils n’existent…

  • 7 milliards d’aiguilles – Tadano Nobuaki

    Alors qu’elle est en voyage scolaire avec sa classe, Hikaru assiste à ce qui ressemble à la chute d’une météorite. De retour chez elle, elle ne tarde pas à ressentir d’étranges sensations et bientôt, elle entend une voix : une entité, Exaether, s’est installée en elle à demeure et lui parle. Elle lui explique que le Maelström est revenu sur Terre dans le but d’éliminer tous les humains, comme il a jadis détruit tous les dinosaures. C’est le Mal en personne qui s’est incarné dans un autre humain, reste à savoir lequel parmi les sept milliards disponibles. La timide Hikaru, fragilisée par la mort récente de ses parents, doit donc…

  • Le passage de la nuit – Haruki Murakami

    La nuit est un cadre idéal pour que se développe l’univers onirique de Murakami. Une nuit qui ressemble à ce qu’elle est vraiment, si ce n’est quelques décalages, certains personnages étranges et quelques situations où affleure le fantastique. Les endroits choisis sont anonymes au possible, fast foods, cafétérias, bureaux, love hotels… là où la foule des noctambules se fond au décor en espérant passer inaperçue. Mais Murakami les nomme et lève le voile sur certains d’entre eux, le temps d’une moitié de cadran. La jeune Mari est en train de lire, seule dans un restaurant Denny’s. C’est une solitaire et une taiseuse qui ne recherche pas la compagnie. Mais Takahashi…

  • L’île Panorama – Ranpo et Suehiro

    Cet album fut pour moi l’occasion de découvrir Maruo Suehiro, le maître de l’érotisme grotesque japonais. Que les fans du genre modèrent toutefois leur enthousiasme, il ne donne lieu qu’à quelques planches en fin d’album, de quoi être frustré. Hirosuké Hitomi est une écrivain raté et peu scrupuleux. Aussi, quand il apprend la mort de Komoda, son richissime ami d’enfance à qui il ressemble comme deux gouttes d’eau, il n’hésite pas à subtiliser son cadavre et à faire croire à une résurrection afin de se faire passer pour lui. Le voilà donc à la tête d’une fortune considérable qui va lui permettre de réaliser son plus grand rêve (qui n’a…

  • Rohan au Louvre – Hirohito Araki

    Alors qu’il n’est encore qu’un jeune mangaka en herbe de dix-sept ans, Rohan Kishibe passe l’  é té    dans l’auberge de sa grand-mère. Il y rencontre une mystérieuse jeune femme qui lui parle du tableau le plus sombre du monde, peint au Japon trois siècles plus tôt par un homme qui fut exécuté pour avoir abattu l’arbre à l’origine du précieux pigment sombre. Elle n’a que le temps de lui dire que ce tableau est désormais au Louvre, puis elle disparaît dans la nuit, accablée semble-t-il par un chagrin d’amour.   Dix ans plus tard, Rohan décide d’aller à Paris pour voir le tableau. Il se rend au Louvre où il apprend…