• Tétraméron – José Carlos Somoza

    Un nouveau roman de Somoza pour le lecteur qui l’apprécie, c’est à la fois une joie et un gage d’étrangeté : plaisir du bizarre ciselé, du sens caché derrière une symbolique obscure, parfois scientifique. Ici, le titre explicite laisse augurer, à l’image de l’Heptameron, une nouvelle variation du recueil de nouvelles florentin. Mais pour Somoza, variation ne peut aller sans subversion, de la littérature et de son matériau : les personnages. Le Tétraméron se présente donc comme un écrin dont le lecteur soulève les couvercles un à un, jusqu’au cœur du sujet, comme des poupées russes. Mais y parvient-il ? Soledad est une enfant de douze ans orpheline de mère. Mal dans…

  • Les Carnets de Darwin – Runberg et Ocaña

    1860. Charles Darwin a déjà voyagé, écrit, révolutionné le monde scientifique et bousculé les fondements de la religion. C’est un scientifique contesté mais aussi reconnu. C’est pourquoi le premier ministre en personne fait appel à lui pour résoudre certains « incidents » qui se sont déroulés sur les chantiers de constructions de chemin de fer d’un de ses amis, sir Dickinson. 1 – L’œil des Celtes Voilà donc Darwin dans le Yorkshire sur les lieux d’un massacre : des ouvriers et des chevaux étripés, lacérés par un prédateur inconnu. On organise des battues, l’armée surveille les lieux mais d’autres crimes surviennent. On parle de griffus, d’hommes-sauvages ; on accuse la communauté néo-druidique venue s’installer…