• Le système D – Nathan Larson

    Que les amateurs de livres (et de films) d’action se réjouissent : avec ses tueurs, ses mafieux et ses gros flingues (jusqu’à deux pas personne), Le système D de Nathan Larson est fait pour eux. Le narrateur s’appelle Decimal Dewey, faute de mieux. Comme de juste, il vit dans une bibliothèque et aime lire. Mais c’est dans la bibliothèque de New York dévastée qu’il crèche, et qu’il tente de réorganiser d’après le fameux et très obsolète système de classement. Le système D du titre c’est donc celui de Dewey, mais aussi celui de la débrouille. Parce que pour vivre dans ce New York-là, faut pas avoir les deux pieds dans la…

  • L’employé – Guillermo Saccomanno

    De l’employé de Guillermo Saccomanno, on ne connaîtra jamais le nom, juste la fonction. Il en va de même pour le chef, la secrétaire, le collègue. Car sur la scène de ce théâtre argentin, nul n’est besoin de savoir comment s’appelle tel ou tel tant chacun est remplaçable, insignifiant, vite oublié. La vie humaine n’a plus de valeur dans cette ville qu’on dirait apocalyptique, au moins en état de siège : les hélicoptères tournent sans cesse, les femmes accouchent dans la rue, les chiens mangent les cadavres humains en attendant qu’ils soient ramassés par les éboueurs au petit matin. Il n’est pas recommandé de sortir la nuit, alors que les prédateurs…

  • Berazachussetts – Leandro Ávalos Blacha

    Amateurs d’histoires loufoques, ce livre est pour vous. Et si vous aimez les zombies, c’est encore mieux, car il y en a dans cette histoire, une pour commencer, puis un peu plus… Quatre amies se promènent dans les bois, pas toutes fraîches les amies, mais toutes veuves et ravies de l’être. En chemin elles rencontrent, non pas quatre et jeunes beaux garçons, mais Trash, zombie endormie et dévêtue. N’écoutant que leur bon cœur, elles ramènent Trash à l’appartement qu’elles partagent. Elles ne savent pas encore que rien ne serait plus comme avant, vraiment plus. Dora, propriétaire de l’appartement, rencontre et séduit Francisco Saavedra, ancien maire passé maître dans l’art de…

  • Cinacittà – Tommaso Pincio

    Un changement climatique vieux de plusieurs siècles, refroidissement, réchauffement, et nous voilà à Rome, de nos jours où dans quelques années, devenue inhabitable en raison de la chaleur intense. Il n’y a plus de Romains à Rome, juste des Chinois, les nouveaux barbares qui ont accéléré sa chute. D’où le titre à double sens (plus perceptible en italien) : hommage à Cinecittà, l’âge d’or du cinéma italien, mais aussi Chinatown. Après l’année sans hiver, les Romains ont commencé à immigrer vers le Nord. Ceux des Romains qui restaient vivaient la nuit, comme des vampires. Au moment où débute le roman, le narrateur est le dernier Romain présent à Rome, mais…