• Old Boy – Park Chan-wook

    Au début de Old Boy de Park Chan-wook, Oh Dae-su (Choi Min-sik) est kidnappé et enfermé pendant quinze ans dans un appartement avec la télévision pour seule compagne. Il y mesure le passage du temps et découvre que sa femme a été assassinée et qu’il est le principal suspect de ce meurtre, lui qu’on croit disparu et en fuite. Il est enfin libéré, sans explication. Il échoue dans un restaurant où il rencontre une jeune femme, Mido (Kang Hye-jeong) qui le prend en pitié et le ramène chez elle. Il a décidé de découvrir qui l’a enfermé et de se venger. Il comprend rapidement que son ravisseur, un certain Lee…

  • Dark Water – Hideo Nakata

    Yoshimi, (Hitomi Kuroki), une jeune femme récemment divorcée, cherche un appartement pour sa fille Ikuko (Rio Kanno) âgée de six ans à peine, et elle. Elle en trouve un dans un immeuble à l’architecture aussi vétuste que soviétique. Une fuite d’eau apparaît bientôt au plafond de la chambre : dark water… La jeune femme cherche également du travail. Ses rendez-vous lui valent d’être parfois en retard pour aller chercher sa fille à l’école. Elle l’attend. Comme il y a quelques années attendait une autre petite fille, qui a disparu, vêtue de son imperméable jaune. Cette disparition inquiète Yoshimi et la culpabilise. D’autant plus que son mari complique le divorce en faisait…

  • Soil / 1 à 6 – Atsushi Kaneko

    Quelque part aux Etats-Unis, il y a une ville étrange appelée Twin Peaks. Quelque part au Japon, il y en a une, au moins aussi bizarre, elle s’appelle Soil Newtown. Newtown, parce que c’est une ville nouvelle, une ville dortoir créée pour désengorger les grands centres. A priori, Soil a l’air d’une ville bien proprette, bien rangée, avec ses clubs pour dames, ses habitants souriants et ses fleurs, que de belles fleurs ! La famille Suzushiro est le symbole même de la ville : toujours souriants (absolument toujours), polis, généreux… Sauf que la jeune Mizuki a tendance à s’endormir n’importe où, n’importe quand, même dans la rue. Et que la maison familiale est…

  • Suicide Island / 1 – Kouji Mori

    Le Japon ne sait plus que faire de ses suicidés. Les soins de santé sont trop élevés et les récidivistes trop nombreux. Le gouvernement a donc décidé d’envoyer les suicidaires sur une île, « Suicide Island ». (D’entrée, on pense à Ikigami et aux façons radicales qu’a le gouvernement japonais de gérer sa démographie). Sei, hospitalisé après une tentative de suicide, se réveille sur une île avec de nombreux jeunes gens et jeunes filles de son âge. Tous ont tenté de mettre fin à leurs jours, ont été soignés puis leur identité a été effacée avant qu’ils soient débarqués sur cette île : aux yeux de leur pays et du monde, ils n’existent…

  • Le passage de la nuit – Haruki Murakami

    La nuit est un cadre idéal pour que se développe l’univers onirique de Murakami. Une nuit qui ressemble à ce qu’elle est vraiment, si ce n’est quelques décalages, certains personnages étranges et quelques situations où affleure le fantastique. Les endroits choisis sont anonymes au possible, fast foods, cafétérias, bureaux, love hotels… là où la foule des noctambules se fond au décor en espérant passer inaperçue. Mais Murakami les nomme et lève le voile sur certains d’entre eux, le temps d’une moitié de cadran. La jeune Mari est en train de lire, seule dans un restaurant Denny’s. C’est une solitaire et une taiseuse qui ne recherche pas la compagnie. Mais Takahashi…