• Interface – Matthew A. Anderson

    Décidément, la littérature jeunesse n’en a pas fini de nous proposer d’excellentes dystopies, genre qui attire aussi bien des auteurs français, britanniques ou américains. Il faut dire qu’au train où vont les choses, il n’est pas bien compliqué de nous imaginer des avenirs bien glauques sous le vernis et Matthew T. Anderson y parvient très bien. L’accent est mis ici sur la puissance des médias et de la publicité. Les hommes naissent désormais en éprouvettes et se font implanter au plus tôt une puce qui leur tient lieu de cerveau, ou quasi. Chacun est dès lors formaté selon une société de surconsommation, où la vulgarité et la violence sont banalisées…