• Les cités de lumières / 1 – Daniel Abraham

    Encore un roman pour lequel j’ai poussé jusqu’au point de non retour, jusqu’à ne plus espérer y trouver intérêt. Page 270 quand même… Une très bonne idée de départ pourtant, avec des poètes capables d’incarner des idées sous forme de golems humanisés, des andats, au point qu’ils ressemblent à des êtres humains. Poètes et andats forment des couples indissociables qui veillent sur les cités, du Khaiem en manipulant les éléments et la nature à leur gré, pour la prospérité des grandes cités marchandes. Le vieil Heshaï, aigri et alcoolique, est le poète de Saraykeht ; il a créé Stérile, son andat arrogant et conspirateur qui manipule la culture du coton…

  • Le chasseur et son ombre – Martin, Dozois & Abraham

    Ramon Espejo est en fuite : il doit quitter Diegotown où il vient d’assassiner un diplomate lors d’une rixe au couteau. Mais sur la planète San Paolo, il n’y a pas beaucoup de destinations possibles. Il décide donc d’aller vers les territoires inexplorés du nord, espérant y exercer son métier de prospecteur et peut-être trouver du minerai d’uranium. Mais il va découvrir tout autre chose, dont il se serait bien passé : une colonie d’aliens enfouis depuis dieu sait quand, qui ne ressemblent en rien à ceux qu’il côtoie sur San Paolo. « C’étaient des bipèdes humanoïdes, pas des araignées ou des blobs aux yeux géants, malgré la façon bizarre et vaguement perturbante…