Adultes

Le Roman de Jeanne – Lidia Yuknavitch

Le Roman de JeanneCette Jeanne d’Arc quand même, quelle gonzesse ! Près de six siècles après sa mort, tragique s’il en est, on s’inspire encore de son histoire pour en écrire d’autres. Il n’y a pas bien longtemps, c’était Michel Bernard qui nous proposait sa version dans Le Bon coeur, et voilà Lidia Yuknavitch et Le Roman de Jeanne.

L’auteur américaine s’inspire de la vie de la sainte et la transpose dans un futur proche : Jeanne dite la Terreuse a cherché à soulever les populations contre Jean de Men le tyran et a été brûlée pour ça. Mais on dit qu’elle n’est pas vraiment morte, qu’elle se cache quelque part sur Terre, cette planète désertée qui se meurt. Christine Pizan qui vit dans le CIEL, station spatiale où se sont exilés les derniers nantis en fin de course, a décidé de raconter sa vie : il n’y a plus de papier, elle se la griphe sur la peau.

Une Jeanne d’Arc moderne donc, qui se soulève pour le peuple et pour la Terre. Pas de mission divine mais un but supérieur, entravé comme pour la bergère par un pouvoir qui entend bien ne pas se laisser imposer sa conduite, surtout pas par une femme.

Le Roman de Jeanne est un livre riche qui se nourrit de nombreux thèmes dont certains très actuels : écologie, agonie de la planète, survie (ou pas) de l’espèce humaine, lutte des femmes, endoctrinement… on trouve aussi du despote, du savant fou, de l’amour, du pouvoir des mots et des histoires, de l’importance de raconter. Lidia Yuknavitch a le bon gout de ne pas en faire un pavé mais d’utiliser ces thèmes pour certains rebattus en les incluant dans une continuité historique. Jeanne d’Arc, Christine de Pizan et Jean de Meung sont convoqués et réutilisés comme si tout était déjà advenu. Réitération de l’Histoire ou du sens de l’Histoire comme si tous les combats avaient déjà été menés. Et encore des enfants qui se battent et encore des femmes réduites à leur ventre qu’on viole et torture. Aucune barbarie n’a cessé, aucune science n’a rendu l’Homme plus sage. Il faut donc encore et toujours des héroïnes pour se lever et se battre, ne pas céder devant l’évidence et mener le peuple, ce bon peuple qui se laisse tondre et exterminer sans broncher.

Le roman contient des passages très crus qui exacerbent notamment la violence faite aux femmes. On lit quelques scènes de torture qui sont des contrepoints aux déclarations d’amour de Christine à son amant Trinculo. Parodie d’amant ou amant spirituel puisque depuis longtemps hommes et femmes sont stériles, leurs organes génitaux s’étant atrophiés jusque quasi disparition. Ces mammifères jadis dominants ont perdu sexe et poils. Sauf Jeanne, sorte de Christ au féminin par laquelle l’humanité renaitra peut-être si l’amour est plus fort que la science.

Mais la révélation finale remet en cause l’idée de roman féministe qui s’imposait au début. Elle étonne le lecteur, le poussant donc à réfléchir un peu plus (ce qui est toujours une bonne chose) : la femme serait-elle forcément le meilleur avenir de l’Homme ?

Dans la moisson de romans apocalyptiques, post-apocalyptique, écologistes, dystopiques qui nous arrivent, il est très souvent difficile d’en conseiller un qui sorte du lot : toujours les mêmes constats et les mêmes alarmes, toujours les mêmes discours sur la folie des hommes. En choisissant une approche liée à l’Histoire, Lidia Yuknavitch donne plus de profondeur à ce message malgré une tendance au science-mystico-fictif assez dommageable.

.

Le Roman de Jeanne (The Book of Joan, 2017), Lidia Yuknavitch traduite de l’anglais (américain) par Simon Kroeger, Denoël, 328 pages, 21€

A lire aussi :

Algernon, Charlie et moi – Daniel Keyes Des fleurs pour Algernon est un des meilleurs romans de science-fiction que j’ai lus, et un des premiers. Difficile donc de passer à côté de ce livr...
Les Sous-vivants – Johan Heliot Un monde en ruine envahi par la végétation. A la Surface vivent des tribus. Celle de Soria, Keiff et Selim s'est réfugiée dans Notadam, immense bâtiss...
Les vestiges de l’automne – Robert Sil... Moins un roman qu'une longue nouvelle, Les vestiges de l'automne est en fait la version courte d'un livre qui aurait dû clore la trilogie ouverte avec...
Le cimetière des saints – Richard Paul Russo... Les amateurs de SF ont découvert l'an passé Richard Paul Russo avec La nef des fous qui, en plus d'être un bon space opera, fut un succès commercial p...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

One Comment

  • Ingannmic

    J’hésite. J’ai lu (et aimé) La mécanique des fluides de cet auteur, complètement différent de celui-ci, et je l’ai feuilleté, à plusieurs reprises, en librairie, curieuse mais un peu sceptique aussi, car comme tu le soulignes, on croule depuis quelque temps sous ce genre de récit, et tout n’est pas bon… mais tu es plutôt convaincante !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *