Adultes

Invasion – Luke Rhinehart

invasionParfois, il faut savoir en rabattre. Je répète toujours à mes stagiaires que non, la science-fiction, la bonne science-fiction, ce ne sont pas les sabres laser désintégrateurs et les martiens. Les vaisseaux spatiaux et les extraterrestres ont figé la vision que le grand public a de ce genre et il faut rappeler encore et encore qu’il y a bien mieux. Bien sûr, ma démonstration qui n’en est pas une a été plusieurs fois mise à mal, ne serait-ce que par Défaite des maîtres et possesseurs, le meilleur roman jamais écrit avec des extraterrestres dedans, voire même un très grand roman tout court à mes yeux puisqu’il a quand même changé ma vie. Et puis voilà Invasion, sur un ton a priori moins sérieux et plein d’extraterrestres poilus.

Les créatures imaginées par Luke Rhinehart se présentent sous forme de ballons de plage à poil. Une, deux, trois, dix, cent : elles se multiplient et n’ont qu’un but : s’amuser. Pour ça elles créent le parti pasquecérigolo qui déstabilise beaucoup les autorités. Les autorités américaines bien sûr car ailleurs, on sait encore se marrer et prendre du bon temps. La NSA et le FBI ne sont pas là pour ça et cherchent les véritables raisons de cette invasion.

Billy Morton, soixante-douze ans, pêcheur un brin contestataire ne cherche pas : profiter de la vie, il sait faire et se foutre du gouvernement aussi. Louie la boule de poils devient son pote, tout comme Molière, Charabia et les autres. Les PP comme on les appelle n’en finissent pas de jouer, même si leurs jeux ne sont pas du goût de tous  : détourner l’argent des banques et des multinationales n’est par exemple pas un sport très apprécié en haut lieu.

Les facéties extraterrestres font sourire le lecteur tout comme la clairvoyance de Billy Morton. Mais c’est surtout la charge sociale qui réjouit. Le portrait de l’Amérique par Luke Rhinehart vaut lecture : le citoyen n’est plus qu’un consommateur, partout règnent l’individualisme et le racisme, dominés par l’esprit de sérieux. Aucun Républicain ne peut comprendre que les PP ne sont là que pour jouer et rien d’autre. Et les humains ne se rendent pas compte qu’ils courent à la catastrophe en détruisant tout pour être toujours plus performants et productifs.

Luke Rhinehart dénonce l’absurdité d’un système qui privilégie l’armement et le profit, la manipulation par les médias, l’imbécilité du système judiciaire et tout ce qui dysfonctionne en Amérique. Ça fait beaucoup…  Jouons nous disent les extraterrestres, ne nous prenons pas au sérieux nous dit Rhinehart mais lui-même propose une critique intelligente et très efficace d’une société élitiste et destructrice. Heureusement qu’il y met de l’humour car c’est violent et sinistre…

.

Invasion (Invasion, 2016), Luke Rhinehart traduit de l’anglais (américain) par Francis Guévremont, Aux Forges de Vulcain, août 2018, 445 pages, 22€

 

A lire aussi :

La mort est une araignée patiente – Henry S.... A l'instar des éditions de L'Arbre vengeur, L'Eveilleur publie des auteurs oubliés. Il n'est donc pas étonnant que la collection "L'Eveilleur étrange"...
La Tour sombre / 1 – Stephen King "L'homme en noir fuyait à travers le désert, et le pistolero le suivait." Dans cette première ligne, voilà toute l'intrigue d'un volume qui ouvre un c...
Le camp – Christophe Nicolas Ce roman-là m’a prise le premier jour du printemps et m’a scotchée tout le dimanche dans mon fauteuil. A peine si j’ai mangé. Il fallait que je sache....
Sans âme – Gail Carriger Les créatures surnaturelles ne vivent plus cachées mais à la vue de tous depuis plusieurs siècles. La reine Victoria bénéficie même d’un conseiller va...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

2 Comments

  • keisha

    Oui; extra terrestres, mais ça se déroule sur Terre, plus exactement aux USA, et ça dézingue particulièrement les Républicains, qui pour ce que j’en sais ne sont pas des extra terrestres. Un roman qui m’a offert de chouettes moments.

    • Sandrine Brugot Maillard

      Ah malheureusement, les Républicains sont bien réels ! Pour ma part j’aime ce genre de roman hyper critique et extrêmement drôle à la fois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *