Les Porteurs / 1 : Matt – C. Kueva


Les PorteursDans le monde désenchanté des avenirs dystopiques, voici venir C. Kueva avec le premier tome d’une trilogie intitulée Les Porteurs. Comme souvent dans les romans pour adolescents, ceux-ci doivent faire un choix à un âge précis. Ici, à seize ans, ils doivent choisir s’ils deviendront hommes ou femmes car avant cet âge, ils sont neutres et potentiellement l’un ou l’autre.

On explique aux jeunes pré-Séza ce qu’était la civilisation d’avant où (horreur !), on n’avait pas le choix. C’était avant la grande irradiation de l’humanité, au temps des possibles foetus malformés. Désormais l’insémination est artificielle, la décision d’être homme ou femme se prend à seize ans en pleine conscience et tout le monde est heureux.

Tout le monde sauf Matt, qui à trois mois de son seizième anniversaire apprend que les choses ne vont pas se passer comme prévu. Il est en effet porteur d’un gène déficient et restera prébubère, donc neutre bien plus longtemps. Il va de plus devoir subir un traitement très lourd qui le conduira durant de longues années chaque mois à l’hôpital. Matt se sent garçon depuis longtemps, il a fait son choix et cette nouvelle le déstabilise. Gaëlle, sa petite amie qui a choisi d’être femme quelques mois auparavant, essaie de le rassurer et cherche des solutions.

Il y en a, mais elles ne sont pas au goût du gouvernement qui essaie de les discréditer. Les naturalistes prônent en effet un retour aux méthodes d’avant l’irradiation, sans assistance médicale ni technologie. Serait-il possible qu’en avalant un breuvage à base de plantes, Matt devienne l’homme qu’il a toujours souhaité être ? Dans ce cas, pourquoi le docteur Michelon et les Sanits qui prennent soin de la population s’y opposeraient-ils ?

A l’inverse de Matt, Flo n’arrive pas à se décider entre homme et femme. Elle voudrait plus de temps, elle voudrait rester dans cette indécision avant de changer définitivement de vie. Mais elle doit choisir car elle a seize ans et devient une femme mal dans sa peau…

Première constatation à la lecture de ce premier volume : il nous faudrait en français un it pour désigner ces jeunes gens ni masculin ni féminin. Il serait à l’évidence plus cohérent avec le propos et avec les jeunes protagonistes. Deuxième constatation, l’intrigue a bien des points commun avec Divergent de Veronica Roth : Matt n’appartient à aucune catégorie et se révèle être un danger pour la société telle qu’elle est.

Le propos est cependant original puisqu’il s’intéresse principalement au genre et à l’importance qu’on lui accorde. Il souligne l’importance que nous accordons aux codes et marqueurs sexuels, plus ou moins consciemment : notre rôle social est marqué selon que l’on naît fille ou garçon.

S’il était possible de choisir, cela serait-il meilleur pour chacun ? On se dit que oui mais on voit bien dans ce roman qu’à partir du moment où il y a choix, il y a dilemme. D’autant plus ici que le choix est faussé par un système qui s’avère oppressif.

Kueva mène très bien son lecteur au cœur de toutes les interrogations liées à la sexualisation. Les tourments de Matt pris entre ses certitudes et la profondeur des problèmes qu’il rencontre sont très crédibles. Sur la fin, j’ai eu un peu de mal à comprendre comment il se retrouvait dans l’état où il est, vu qu’on nous précise que le pré-Séza est hermaphrodite, doté des organes sexuels masculins et féminins (comment n’est-il plus physiquement si rapidement l’un et l’autre ?). Si l’aspect psychologique est bien cerné, les transformations physiques m’ont semblé moins bien restituées.

L’intrigue est assez prenante pour qu’on souhaite savoir ce qu’il va advenir des principaux protagonistes : Matt, Gaëlle et Flo. Certains autres qu’on croyait comprendre s’avèrent bien plus obscurs comme le docteur Michelon et surtout Lou, celui qui aide Matt dans sa détresse et lui dévoile le potentiel des naturalistes. Matt se rend compte qu’il est le jouet d’une machination de très grande ampleur, mais pourquoi lui ? A suivre donc…

.

Les Porteurs – 1 : Matt, C. Kueva, Thierry Magnier, avril 2017, 295 pages, 14,90€

.
.

Pour recevoir un mail à chaque nouvel article publié :

.

Après lecture de Pornarina, je n'oserais pas dire qu'une bouffée d'air frais souffle sur l'imaginaire français, non. L'air serait ici plutôt vicié et nauséabond. Pourtant, quel plaisir de découvrir Raphaël Eymery ! Si vous aimez les tueurs en série et les délinquants sexuels, si vous développez des fantasmes inavouables envers…
La mort du temps, troisième roman d'Aurélie Wellenstein commence en fanfare. Callista se réveille dans un hôpital étrange, son père à son chevet. Il n'a pas l'air bien, lui demande pardon, cherche à fuir. Elle ne comprend rien. Il meurt et tout empire pour la jeune fille. C'est comme si…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaire sur “Les Porteurs / 1 : Matt – C. Kueva

  • keisha

    (trois tomes, deux pas parus, donc niet)
    Mais j’aime bien ta présentation, un livre ado et des thèmes actuels et intéressants. Voir si ça tiendra la route après.