Chute – Christophe Nicolas


chuteAlors que Chute son dernier livre est sorti pour la rentrée littéraire de septembre, Thomas Cahin est l’invité d’une émission à la Ruquier : des chroniqueurs connus pour leur férocité font face à l’écrivain peu sûr de lui malgré des ventes déjà phénoménales. Et s’il n’est pas bien sûr de lui Thomas Cahin, c’est qu’il a quelque chose à se reprocher. Un personnage qui s’appelle Thomas Cahin porte forcément une certaine culpabilité, n’est-ce pas ? Le héros du dernier roman de Christophe Nicolas est en effet coupable d’une faute, mais qu’il a su si bien cacher que nul ne s’en est rendu compte. Il est même à la veille de la consécration quand tout bascule.

Le lecteur connaît la supercherie de Thomas dès les premières pages : il n’a pas écrit le roman qui lui vaut son succès. Alors qu’il était déjà l’auteur de quelques romans chez un petit éditeur de province, sa femme découvre un manuscrit dans ses cartons d’étudiant. Elle le lit et se charge de l’envoyer à un grand éditeur parisien qui accepte de le publier. Mais ce qu’elle ne sait pas, c’est qu’il a été écrit par Nicolas Fontaine, ami d’enfance de Thomas décédé depuis plusieurs années. En raison de cette mort, Thomas n’a pas longtemps tergiversé pour endosser la paternité du texte.

Mais voilà qu’il reçoit une lettre anonyme qui dénonce le plagiat : on menace de tout révéler. Puis Thomas reçoit des messages sur son téléphone portable, il se sent suivi et observé. Il s’inquiète, panique : le prix Novela, le plus prestigieux de la rentrée, va-t-il lui passer sous le nez ? Subira-t-il la honte d’être démasqué ?

Parallèlement, le lecteur suit un certain Joseph, flic à la retraite. Il a vu la prestation de Cahin à la télé et un détail du roman a titillé sa mémoire. Le lendemain, il l’achète et commence à le lire. Bientôt, il ne fait pour lui aucun doute que Chute raconte un meurtre terrible qui a eu lieu plusieurs années auparavant et n’a pas été élucidé. Dans les moindres détails, le narrateur raconte les souffrances infligées au jeune Willy par deux sadiques en goguette. Joseph décide de faire appel à un ex-collègue pour éclaircir ces coïncidences entre fiction et réalité.

Interdit d’en dire plus, si ce n’est : lisez-le !

J’ai découvert Christophe Nicolas avec Le Camp et j’ai été bluffée. Avec Chute, c’est exactement la même chose : cet auteur m’emmène là où il veut avec une habileté et une efficacité déconcertantes. C’est le propre du roman à suspens que de tenir en haleine, et Christophe Nicolas le fait en sublimant les vieilles recettes du genre. A de nombreuses reprises, j’ai cru que j’avais compris 1/qui harcèle Thomas Cahin et pourquoi 2/qui a jadis tué le jeune Willy et pourquoi. Mais rien n’est jamais joué, l’intrigue rebondit sans cesse grâce à de nouveaux éléments. L’auteur ne nous dit pas tout, il triche mais ne ment pas : il oublie juste d’apporter quelques précisions… Le procédé fonctionne d’autant mieux que l’écrivain Thomas Cahin est très perturbé par le harcèlement qu’il subit : il entend une voix qui lui parle et le lecteur finit par se demander si le bonhomme a bien toute sa tête. En tout cas, il garde un cap envers et contre tout : il ne veut absolument pas que qui que ce soit découvre sa supercherie.

Je ne suis pas assez maligne pour déjouer les pièges tendus par un as du suspens et de l’angoisse. D’ailleurs, je n’essaie pas vraiment tant il est bon de se laisser mener en bateau, emberlificoter par une intrigue impeccable. Je ne suis même pas une lectrice habituelle du genre, tout ce que je sais c’est que les deux derniers romans de Christophe Nicolas m’ont hapée au point de les dévorer dans la journée.

De plus, le rythme haletant n’empêche pas de s’interroger sur l’acte créatif, la légitimité d’un écrivain, l’utilisation de faits réels dans une fiction, les petites magouilles des prix littéraires…etc. Christophe Nicolas joue aussi de la mise en abîme puisque le livre qu’on lit porte le titre du livre de Thomas Cahin. Que dire d’autre si ce n’est qu’en plus d’être habile et malin, Chute interroge intelligemment la création artistique…

Christophe Nicolas sur Mes Imaginaires

.

Chute, Christophe Nicolas, Fleuve (OutreFleuve), mars 2017, 365 pages, 19,90€

Il s'appelle Pythagore Luchon, et sa mère est bien entendu prof de math. Son père était chercheur et s'il l'est toujours, il est aussi plongé dans le coma depuis trois ans, suite à une agression pour lui voler son téléphone. Lycéen, il est plutôt solitaire et ami avec Louise qui…
Après un premier roman au suspens réussi, Les Enfants de Peakwood, Rod Marty nous revient toujours chez Scrinéo. La mère des eaux nous plonge à nouveau aux Etats-Unis pour partie à l’époque moderne, pour partie au XIXe siècle pour suivre la naissance d’une malédiction qui poursuit les protagonistes de génération…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

10 commentaires sur “Chute – Christophe Nicolas