Jeunesse

Scorpi tome 1 – Roxanne Dambre

scorpi 1Encore le premier tome d’une trilogie young adults, Scorpi, le format est incontournable. Pour être addictive il faut une intrigue prenante et des personnages originaux. Dans Ceux qui marchent dans les ombres, pas vraiment d’intrigue mais une héroïne qui sort de l’ordinaire.

De fait, j’en ai rarement vu d’aussi gourde. Celle-ci s’appelle Charlotte et elle est gentille, c’est son trait de caractère principal. Alors quand elle croise au pied de son immeuble un petit garçon tout seul sous la pluie, elle le fait rentrer chez elle. Il s’appelle Elias et il a l’air désemparé. Elle se promet d’appeler police et services sociaux mais d’abord elle lui fait à manger et l’héberge. Il est tellement mimi le petit Elias. Bon, il a la fâcheuse habitude de lui demander si elle veut qu’il tue quelqu’un, mais c’est un enfant n’est-ce pas, un peu particulier.

Parce que oui, Elias est bien un tueur à gages, comme tout le monde dans sa famille. Et il n’est pas un être humain, même s’il y ressemble furieusement. Il a un grand frère dont l’inhumanité n’est qu’un détail vus la carrure, les yeux… et le reste. Oui, il y a des scènes de sexe dans Ceux qui marchent dans les ombres, (sur une machine à laver, pas en marche…) et oui, Adam (c’est le grand frère d’Elias) est un beau brun ténébreux chaud comme la braise qui se prend d’amour pour cette cruche de Charlotte.

Au début, c’est sympathique. Parce qu’être bête à ce point, on a rarement vu et qu’on se dit qu’elle ne peut qu’évoluer, s’améliorer. Eh bien on se trompe et du coup, c’est un peu longuet. Surtout qu’il n’y a guère d’intrigue en dehors des relations entre Charlotte et ses étranges nouveaux amis, tueurs à gages de l’ombre.

Ah si : Charlotte se fait harceler par son supérieur hiérarchique. Elle est en période d’essai et Thomas la colle de très près, multiplie les allusions et invitations graveleuses. Et comme on l’a dit, Charlotte, elle est gentille : elle ne veut pas envoyer paître Thomas ni lui allonger un coup de pied dans les parties. Et si elle ne va pas jusqu’à lui offrir son appartement à lui aussi, elle ne le décourage pas. Quand Elias lui pose sa question favorite (« Tu veux que je le tue »), elle répond non, de même à Adam.

Cette histoire de harcèlement est ce qui donne un peu de poids à un premier tome assez inconsistant. Charlotte est une caricature de nunuche et si Roxane Dambre joue de cette naïveté, elle n’est pas assez subtile pour que la légèreté pallie l’inconsistance. Certes, elle fait parler son héroïne avec vivacité et le réalisme du personnage est sans doute l’atout principal du roman. Malheureusement, Charlotte se révèle lassante dans la durée, et l’ébauche, au final de rivalités entre des familles de créatures de l’ombre peine à relancer l’intérêt.

.

Scorpi – 1 : Ceux qui marchent dans les ombres, Roxane Dambre, Calmann-Lévy, octobre 2016, 376 pages, 16,90€

A lire aussi :

Grandclapier – Joann Sfar Après L’Eternel, roman pour adultes, Joann Sfar se lance dans la littérature jeunesse avec Grandclapier, premier tome d’une série de fantasy, nous ann...
Nina Volkovitch / 1 – Carole Trébor Nina Volkovitch a quinze ans et l'allure d'une gosse de douze. Elle vit dans un orphelinat d'Etat depuis que des hommes ont emmené sa mère, considérée...
Martyrs – Oliver Peru Voilà un livre, comme il y en a trop peu, qui redonne foi en la fantasy française. On ne peut guère oublier quand on en lit, que les Anglo-saxons font...
Les derniers parfaits – Paul Beorn Les romans sur les Templiers, les Cathares, le Vatican et autres bondieuseries souvent médiévales, je m'en méfie : « encore... » est ma première réact...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *