De profundis – Emmanuelle Pirotte


de profundisNous sommes à Bruxelles après les ravages causés par une troisième vague de virus Ebola. On n’est pas loin de l’anarchie et pour survivre, Roxanne trafique des médicaments, des faux et des vrais et n’envisage guère l’avenir si ce n’est de façon funeste. Mais voilà qu’un avocat la contacte pour lui signaler que sa fille Stella abandonnée à la naissance, est désormais orpheline de père et qu’elle va devoir s’en occuper, à moins de la placer dans un centre pour enfants. Roxanne, qui ne s’est jamais sentie mère, accepte de s’occuper de l’enfant quasi mutique et l’installe dans son appartement.

Et là, je me suis dit qu’on allait avoir droit aux remords de la mère qui s’en veut d’avoir abandonné son enfant et qui fait tout pour la sauver et au final, être mère, ah c’est fantastique ! Et heureusement, je me suis trompée : je fuis ce genre de romans sirupeux. Roxanne est vraiment une dure à cuire et Stella une enfant très particulière.

Le roman prend un premier virage quand Stella décide de quitter Bruxelles, sa violence et ses fanatiques religieux de toute tendance pour rejoindre une maison de famille à la campagne. Le retour à la terre, on connaît en matière de post-apo.  Installation donc loin du monde, près des péquenots et c’est dur de creuser la terre pour la faire fructifier…

Second virage, bien plus original quand Stella et Roxanne se rendent compte qu’elles ne sont pas seules dans la maison. Comme mère et fille ne communiquent guère, elles ne partagent pas leur ressenti et le lecteur s’interroge sur la nature de cette présence.

Qu’un livre soit surprenant est un atout. On lit aujourd’hui tellement de romans catastrophes (et catastrophiques !) sur la fin de la civilisation qu’un peu d’originalité est appréciable. Je trouve cependant le roman d’Emmanuelle Pirotte un peu lent : après l’installation dans la maison de famille, l’intrigue se traine. Et surtout, on perd un peu de vue Roxanne, au profit de son énigmatique fille et de la présence désincarnée qui les observe. Ce fantôme, disons-le, se remémore son passé de façon qui m’a semblé assez artificielle. Ce qu’on aprrend de lui ne se rattache en rien à la situation de départ (ville en crise, virus, violence). Emmanuelle Pirotte développe une histoire d’amour certes originale (la fin est bien trouvée) mais dont le récit manque de dynamisme.

Je m’étonne par ailleurs que Le Cherche-midi présente ainsi ce roman : « Entre dystopie et conte fantastique, De profundis est un roman hors normes. » Ce roman n’est pas une dystopie, il s’apparente plutôt au post-apocalyptique ou à la fin du monde puisque la population disparait à la vitesse grand V et que le monde connu (l’Europe) retourne à la sauvagerie d’avant la civilisation. Une dystopie est une contre-utopie, rien à voir ici. On pourrait utiliser le mot « anticipation » s’il n’était terriblement fourre-tout…

.

De profundis, Emmanuelle Pirotte, Le cherche-midi, août 2016, 285 pages, 17€

.
.

Pour recevoir un mail à chaque nouvel article publié :

.

Sur le modèle "savante folle", Laura la jeune chercheuse, invente un assemblage de gènes pour stimuler le cerveau d'A27, sa souris de laboratoire. Et voilà que la bestiole se sauve, s'en va gambader dans le jardin (un vrai moulin ce labo...). Elle finit dans l'estomac de plusieurs animaux qui peu…
Angela Carter était britannique, n'en doutons pas. Pourtant, en lisant Les machines à désir infernales du Dr Hoffman, c'est plutôt au surréalisme belge que j'ai pensé. Avec ses déformations subtiles de la réalité, qui commencent au sein du quotidien pour parfois se prolonger dans de fantasques démonstrations touchant au grotesque.…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

10 commentaires sur “De profundis – Emmanuelle Pirotte

  • keisha

    Ah j’attendais ton avis! Vraiment ce roman n’est pas parti sur tous les chemins où on l’attendait!
    Je ne me souviens plus trop de l’histoire de cette présence, dont les souvenirs se réfèrent plutôt à des batailles dans un autre coin d’Europe. Aurait-il habité la maison? J’en doute, car cette maison me semblait relativement récente.
    Mais, emportée par l’histoire, je n’ai pas trop discuté… Que déjà le fantastique (assez light) ne m’ait pas débarquée, c’est un bon point.

    • Sandrine Brugot Maillard Auteur de l’article

      C’est une vieille maison en fait, qui a appartenu à d’autres avant la famille de Roxanne. Comme toi, je me suis laissé surprendre par ces revirements tout à fait bienvenus. Dommage que quand même, le tout manque d’énergie…

  • Aifelle

    En fait, il est quasiment impossible à définir ce livre, avec ses rebondissements d’un genre inattendu. Je ne sais toujours pas ce que j’en ai vraiment pensé, si ce n’est que j’y pense encore !! Il ne m’a pas laissée indifférente, même s’il n’est pas suffisamment abouti. On dirait que l’auteure n’a plus su quoi faire de ses personnages (j’aurais aimé l’avis de Stella en fin de livre, alors qu’on ne l’entend plus).

    • Sandrine Brugot Maillard Auteur de l’article

      La petite reste assez énigmatique… Je suis d’accord avec toi, l’auteur aurait dû plus travailler ses personnages, on dirait un peu qu’elle les abandonne. Mais si un livre te questionne encore après lecture, c’est forcément un point positif !

  • lutin82

    De profondis ma fait systématiquement penser à une chanson paillarde (OK, je sors).
    Plus sérieusement, la réunion mère-fille aurait tendance à me faire fuir, les incontournables scènes larmoyantes, mais tu signales que ce n’est pas le cas. C’est un peu pesant tous ces romans catastrophe taillés uniformément, est-ce une incapacité à entrevoir l’espoir ?

    • Sandrine Brugot Maillard Auteur de l’article

      Il faut croire que notre vision de l’avenir n’est pas très réjouissante… la faute aux infos tout ça, faut arrêter 🙂
      Ce roman n’est pas du tout larmoyant, j’en étais soulagée aussi. Et il est surprenant.

  • Lorhkan

    Intrigant…
    Et pas paru en collection de genre ? Littérature plus blanche que fantastique ou volonté de s’ouvrir à un public plus large et réfractaire par essence (et par méconnaissance souvent) au genre ?

    • Sandrine Brugot Maillard Auteur de l’article

      L’auteur a publié son premier et précédent roman chez cet éditeur, donc je pense tout simplement qu’elle continue avec lui…