Adultes

La marche du prophète – Gabriel Katz

La marche du prophèteLeth Mark a décidé de quitter l’arène. Lui, le champion de Morgoth part avec ses fils pour Kyrenia, la cité du savoir où ils pourront étudier et devenir autre chose que des combattants. Leth Marek se sent vieux, mais il peut encore aider en chemin une jolie jeune femme qui se fait agresser par des fanatiques aux crânes et aux sourcils rasés. Elle s’appelle Nessirya, elle est prêtresse du culte d’Ochin.

Les fanatiques eux sont adeptes du Temple, la religion installée. Ils vénèrent une déesse de la nature. Et voilà que les partisans d’Ochin et son prophète déclarent bouleverser l’ordre social : grâce à Ochin, le pauvre peut devenir puissant, plus rien n’est inscrit à l’avance et aucun déterminisme n’oblige les pauvres à rester pauvres. A Kyrenia, prêtres et grands prêtres de la Déesse s’agitent : il faut éliminer ces pouilleux avant que leur culte ne séduise trop de monde.

Varian lui arrive à Kyrenia. Il doit intégrer le Temple pour cinq longues années de noviciat. A peine arrivé, il se fait poignarder par une bande de crânes rasés qui veulent qu’il intègre leurs rangs. Il est sauvé in extremis et on lui demande de ne pas ébruiter l’incident. Il accepte contre ses cinq années de noviciat : le voilà prêtre à vingt ans ! Et ce n’est pas fini, car il est malgré lui mêlé à l’assassinat du grand prêtre Tanès, tué par des fanatiques alors qu’il se trouvait avec une prostituée, Synden. L’événement scandaleux va servir la carrière de Varian, qui se retrouve propulsé chroniqueur d’un grand prêtre.

Le lecteur suit ces deux fils narratifs principaux qui nouent petit à petit l’intrigue de La Marche du prophète, premier tome de la série Aeternia qui en compte deux. De façon assez surprenante, Gabriel Katz a fait de la religion le sujet de cette duologie. C’est un pari risqué car on peut très facilement tomber dans les clichés : les méchants adeptes du temple qui prêchent l’austérité et se roulent dans l’opulence et le vice, face aux pauvres adeptes du culte hérétique d’Ochin, les persécutés. Et l’Histoire politiquement correcte est du côté des persécutés (cathares, vaudois…) contre les fanatiques. Autant dire qu’un tel traitement promet l’ennui…

Rien ne va ainsi dans ce roman et c’est tant mieux. Pour Gabriel Katz à l’évidence, il n’y a pas de bonne ou de mauvaise religion : il y a toujours manipulation de populations crédules pour le profit de quelques-uns. Ça fait du bien d’échapper à la simpliste opposition du Bien et du Mal dans un roman de fantasy…
L’attention est aussi portée sur des personnages secondaires, dont certains voient leur carrière s’accélérer en échange de basses oeuvres. Ils ont parfois le bon goût de s’interroger sur leur ascension et son coût moral.

Mais qu’on se rassure, La marche du prophète n’est pas un traité de philosophie. L’humour est très présent, notamment à travers les échanges entre Leth Marek, le champion bourru et Desmeon, dit le Danseur, redoutable assassin aux allures légères et précieuses. Il a tout d’un bouffon avec ce clébard miniature qu’il dresse à faire des tours, mais c’est un tueur rapide et subtil. Qui ne cesse de vanner Leth Marek qui n’apprécie guère le gandin… D’autant plus que ce jeune loup semble beaucoup plaire à Nessirya dont le vieux champion tombe doucement amoureux. Oui, il y a aussi de la rivalité amoureuse dans La marche du prophète

De nombreux ingrédients qui se transforment en atouts dans cette intrigue dynamique qui fonctionne sur la surprise et le rebondissement. Peu de merveilleux dans ce premier tome qui reste très réaliste quant aux descriptions et aux événements. Complots, trahisons et luttes d’intérêts en sont les moteurs et gare aux personnages trop sûrs d’eux : Gabriel Katz n’en est pas économe !

Gabriel Katz sur Mes Imaginaires

.

Aeternia – 1 : La marche du prophète, Gabriel Katz, Scrinéo, janvier 2015, 374 pages, 20€

A lire aussi :

Hordes / 1 – Laurent Genefort Comment se porte la science-fiction française ? Mal, voire très mal. Ses meilleurs auteurs sont donc contraints d'écrire de la fantasy s'ils veulent c...
Les démons de Paris – Jean-Philippe Depotte J'aurais dû écrire mon billet dès lecture... J'ai laissé passer quelques jours et déjà l'histoire m'échappe, non pas qu'elle ne soit pas globaleme...
Les enchantements d’Ambremer – Pierre ... Paris, 1909. Les messieurs portent la redingote et les belles dames, des bottines à boutons. Altière, la tour Eiffel domine la capitale et attire les ...
La reine de Vendôme / 1 – Colin Marchika Dans un monde où les humains côtoient des animaux anthropomorphisés, le chevalier Eyr passe. Il va et se trouve parfois pris dans des conflits importa...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot Maillard : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

3 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *