Le Domaine – Jo Witek


Le DomaineCe n’est pas de gaité de coeur que Gabriel, seize ans, accompagne sa mère au Domaine. Celle-ci vient d’y être embauchée comme domestique et va devoir servir le comte et la comtesse de La Guillardière. L’idée le révolte, mais elle fait ça pour lui, pour lui payer ses études. Au moins, il pourra s’adonner dans le parc et les bois alentours à sa passion : observer la nature et en particulier les oiseaux.

Gabriel n’est pas à l’aise dans un environnement social dont il ne connaît pas les codes. A l’inverse de ces congénères du même âge, c’est un jeune garçon cultivé, patient, observateur et solitaire. Il est poli, adore sa mère et sait se plier aux conventions. Un adolescent idéal…
Il n’y a guère que Vincent le jardinier avec lequel il parvient à faire vraiment connaissance. Quant au cuisinier qui tue une chouette et reluque les fesses de sa mère, il n’en ferait qu’une bouchée.

Tout change quand arrivent les jeunes de la famille : chaque année, les petits enfants du comte et de la comtesse viennent passer quelques jours loin de toute connexion. Ils se connaissent tous très bien et là encore, Gabriel se sent de trop : il n’appartient pas au même monde que ces adolescents friqués. Ce qui ne l’empêche pas de tomber immédiatement amoureux d’Eléonore, belle et fragile. Il se met à l’observer à son insu, délaissant ses sorties dans la nature pour consigner les allées et venues des uns et des autres dans un carnet.

Pour Eléonore, Gabriel trahit la confiance de sa mère. Mais il a beau faire, la belle semble insensible. Vincent le jardinier lui conseille de s’éloigner pour mieux l’attirer, de jouer l’indifférent. Gabriel décide de se retirer dans une palombière, où le drame survient.

Le Domaine de Jo Witek ne relève pas à proprement parler des littératures de l’Imaginaire : rien n’y survient qui ne pourrait advenir dans la réalité, si ce n’est peut-être les visions effrayantes qui peuplent les rêves de Gabriel. Il s’agit bien plutôt d’un thriller psychologique très bien mené qui installe lentement une tension étouffante. Bien des mystères pèsent sur le domaine et ces gens fortunés ont à l’évidence des choses à cacher.

Gabriel quant à lui perd totalement pied. Ce premier amour s’empare de lui et le consume violemment. Il a conscience de perdre pied sans pouvoir faire quoi que ce soit pour changer les choses. Il se livre entièrement à cet amour impossible et destructeur, ce qui contribue au malaise suscité par le roman. Impuissant, le lecteur l’est tout autant que Gabriel.

La peur et le malaise se conjuguent dans ce roman qui dérange efficacement. On est bien loin des gentilles histoires d’amour que la littérature pour adolescents nous sert à la louche. Le Domaine travaille également une dimension sociale intéressante : Gabriel se révolte à l’idée que sa mère soit domestique et comme telle considérée comme inférieure à des gens qui n’ont en fait que l’argent pour les hisser au-dessus du lot. De plus, Florine est d’origine réunionnaise, donc noire, ce qui inscrit plus encore la relation dans une dimension maître-esclave.

Le Domaine est donc un roman résolument différent, qui se distingue dans sa façon de traiter les thèmes (une histoire d’amour adolescente, les relations mère-fils…), d’installer lentement l’angoisse et de parler du mal être adolescent. Une réussite.

Jo Witek sur Mes Imaginaires

.

Le Domaine, Jo Witek, Actes Sud (Actes Sud Junior), mars 2016, 327 pages, 15,50€

.
.

Pour recevoir un mail à chaque nouvel article publié :

.

Anna Starobinets est une jeune auteur que depuis trois livres je retrouve avec plaisir, grâce aux éditions Mirobole et aujourd'hui Agullo. Un plaisir teinté de malsain et d'incompréhension, tant son univers est singulier et russe à mes yeux. Refuge 3/9  est au moins aussi étrange que Je suis la reine…
Encore une histoire de jeune fille qui doit affronter les forces du Mal. Autant dire que le sujet est devenu récurrent et que l’enjeu pour les auteurs est de faire dans l’originalité s’ils souhaitent sortir du lot (ce qui n’est bien sûr pas l’objectif de tous, certains se contentant de…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

7 commentaires sur “Le Domaine – Jo Witek

    • Sandrine Brugot Maillard Auteur de l’article

      C’est aussi parce qu’il est différent que je l’ai apprécié, et qu’il n’est pas destiné aux seuls adolescents, je pense. Mais effectivement, c’est assez sombre…

  • Gaëlle

    Une grande réussite ! Mon préféré de Jo Witek à ce jour. La tension psychologique monte progressivement avec une fin que l’on ne voit pas arriver.
    Juste un peu déçue de n’avoir pour le moment qu’un lectorat d’adulte sur ce roman et quasiment pas d’ado.

    • Sandrine Brugot Maillard Auteur de l’article

      Ah oui ? En effet, ça serait intéressant d’avoir un retour d’adolescents sur cette lecture… je le proposerais bien au mien mais je crois que je vais me faire envoyer aux pelotes (maintenant qu’il n’est à la maison que le week end et pour les vacances, difficile de l’inciter à lire…).