Le maître-chêne – Danielle Martinigol


Le maître-chêneRetour à Guédelon avec Le maître-chêne, deuxième aventure sur le chantier médiéval. Les éditions Actu SF ont bien fait de créer une collection pour cette série tant il ne fait pas de doute que les jeunes lecteurs auront plaisir à retrouver ces aventuriers du temps téméraires (rien ne les effraie) mais raisonnables.

Les jumeaux Tim et Pierrel et leur amie Najoie n’ont pas quitté le chantier. La mauvaise nouvelle du jour c’est qu’ils vont devoir prendre en charge la cousine de celle-ci, une certaine Nouranne, tellement aimable qu’on la surnomme Miss Pitbull ! Elle est accompagnée de son ami Baptiste, jeune artiste à côté de la plaque. On ne s’étonne donc pas qu’ils soient en retard, mais on finit quand même par s’inquiéter quand ils n’apparaissent pas pour visiter le château avec la classe, comme prévu.

C’est que Nouranne a le Don du Chat, qu’elle a prononcé la petite phrase magique près de la poterne et qu’elle est donc, alors que tout le monde la cherche, en train d’explorer le Moyen Age. Les trois amis vont devoir refaire le voyage eux aussi, avant que son caractère de cochon ne la fasse remarquer. Cependant au XIIIe siècle, une bande de charbonniers démolit une scie hydraulique construite par Colin, menuisier. C’est un ami de Pacqueline, déjà croisée dans le tome précédent.

Grand malheur pour Colin qui voulait offrir l’engin pour la Saint-Michel au seigneur Philippe. Il rencontre le jeune Guido de Sienne qui dessine sa machine, mais il lui faudra l’aide de nos intrépides héros pour la reconstruire au mieux et ainsi faciliter le travail des bûcherons comme Jeffrey, un Canadien venu travailler pour quelques semaines sur le chantier de Guédelon.

Si Le maître-chêne est bien sûr destiné aux plus jeunes parmi les lecteurs, il n’est pas interdit aux parents de le (leur) lire : ils y apprendront certainement des choses intéressantes sur le chantier du château de Guédelon mais aussi sur les métiers du bois au Moyen Age et sur la condition des artistes. Je n’ai pas testé sur de jeunes lecteurs mais je pense que les explications apportées par Danielle Martinigol rendent compréhensibles aux plus jeunes les termes les plus inusités. Ce petit roman saura éveiller leur curiosité.

Toujours beaucoup d’action et des dialogues naturels malgré quelques tournures d’ancien français qui font d’époque mais qui font aussi rire (« Pourquoi cette Nouranne fol dingo venir icitte ?« ). L’auteur est aussi à l’aise dans le présent de Guédelon que dans celui de Pacqueline : elle nous rend le Moyen Age familier.

Danielle Martinigol sur Mes Imaginaires

.

Le maître-chêne, Danielle Martinigol, ActuSF (Aventures à Guédelon), mai 2016, 160 pages, 5€

.
.

Pour recevoir un mail à chaque nouvel article publié :

.

Le Livre sans nom c'était bien, lisez-le. Voici à quoi pourrait se réduire cette chronique tant est grande ma déception suite à ma très laborieuse lecture de L'Oeil de la lune. Que je referme définitivement sans le terminer d'ailleurs car je n'en puis plus. Dire que je l'avais sorti de…
Avant même d'ouvrir le livre, on est intrigué par la légèreté du titre, qui sonne comme une comptine enfantine, et la beauté morbide de la couverture due à Sarah Valsetti qui relève elle de l'urbex. Le contraste attire l'attention, puis après lecture, fait sens. Il faut sans doute évoquer le…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *