Jeunesse

Les effets du hasard – Marie Leymarie

Les effets du hasardMaïa, quinze ans : jolie, intelligente, bonne élève. Ses parents sont satisfaits : ils auraient bien sûr pu faire mieux qu’un QI de 117, mais c’était plus cher, tout comme les yeux bleus ou verts. Ils envisagent aujourd’hui de lui commander un petit frère, avec un QI un peu plus élevé pour qu’il soit un peu plus heureux. Etant entendu qu’intelligence et bonheur vont de pair…

Mais tout bascule quand qu’Anthony invite Maïa à prendre un verre. Ce garçon n’est pas comme les autres : cynique et clairvoyant, mais aussi franchement bizarre avec ses idées de liberté, d’indépendance… Maïa l’avoue à son amie Lily : elle est amoureuse. C’est dramatique évidemment, mais il y a des médicaments pour soigner cette maladie qu’il ne faut pas laisser se développer.

Dans le monde de Maïa, rien de pire que les émotions : elles déstabilisent, perturbent et donc fragilisent les êtres si bien conditionnés dès leur naissance. Il faut donc soigner la maladie d’amour dès les premiers symptômes car elle entraîne dépendance puis manque et souffrance. Elle est d’ailleurs socialement inutile puisque hommes et femmes s’apparient grâce à des tests de compatibilité qui leur assurent un maximum de points communs, éradiquant ainsi les effets du hasard, toujours néfastes.

Maïa est cependant une adolescente révoltée : elle veut aimer Anthony. Elle ne comprend pas ses parents, pense qu’ils ne l’aiment pas, qu’ils ne la comprennent pas. Personne ne la comprend d’ailleurs, à part son amie Lily, et encore. Elle se lie d’amitié avec la paria du lycée, une fille vraiment bizarre, née d’une femme, sa mère naturelle… Et Maïa apprend qu’il y a des gens qui résistent, qui pensent que vivre en sécurité ne mérite pas l’abolition de toutes les libertés.

Au-delà d’un classique portrait d’adolescente qui découvre les contradictions du monde, juge les autres trop sévèrement et se concentre sur ses problèmes, Marie Leymarie propose au lecteur, jeune ou moins jeune, de regarder son environnement autrement. De réfléchir sur ses actes quotidiens, au-delà de ce qui est évident. Il est possible de vivre autrement, il suffit pour ça de regarder un peu les autres pour le comprendre. Ne pas faire comme tout le monde sous prétexte que c’est comme ça qu’on fait.

Société dystopique où les adolescents portent un bracelet électronique, où on choisit son conjoint et ses enfants sur catalogue, mais surtout société de demain qui surveille, endort, et soumet la population : contrôler pour mieux opprimer. Et est-il une oppression plus efficace que celle qui est pleinement consentie ? Ouvrons les yeux, révoltons-nous et laissons faire les effets du hasard…

.

Les effets du hasard, Marie Leymarie, Syros, avril 2016, 204 pages, 14,50€

 

A lire aussi :

Panorama illustré de la fantasy et du merveilleux ... Il est des livres qui contiennent des heures de lecture et de plaisir, des livres qui vous emmènent ailleurs, jadis, vers d'autres cieux. Ce Panoram...
La mort, j’adore : saison 1 – Alexis B... Vous aimez les créatures malfaisantes ? Vous en avez assez des bellâtres sirupeux, des histoires d'amour sucrées et des bons sentiments qui finissen...
Blanche et l’Oeil du grand khan – Herv... La Commune a été réprimée et l'honorable famille Painchain peut enfin rentrer à Paris. Il y a bien encore par-ci par-là quelques rouges à arrêter et d...
Les fils de l’air – Johan Heliot La famille royale n'a pas été arrêtée à Varennes comme vous le croyez, non. Pour la bonne et simple raison qu'elle avait déjà fui la France depuis l...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

3 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *