Jeunesse

Un ogre en cavale – Paul Beorn

Ogre en cavaleLa jeune Jeanne est hospitalisée suite à un malaise. Rêve-t-elle ? Est-elle inanimée ou dans le coma ? Toujours est-il qu’elle voit surgir dans sa chambre un ogre, par une mystérieuse porte en bois soudainement apparue. Et pas de ces gentils ogres un peu gloutons dont on vient à bout facilement, non. Celui-ci lui dévore le cœur et s’enfuit.

A sa suite jaillissent un mousquetaire et son chat. Tous deux sont magiciens et courent après l’ogre, un bandit bien connu du royaume d’Asmarie. Ils doivent le rattraper pour le ramener au pays où il doit répondre de crimes affreux. Et voilà que le mousquetaire asperge Jeanne de poudre de dragon la dotant ainsi d’un cœur au moins jusqu’à l’aube. Il va falloir faire vite, faire vite pour rattraper l’ogre et déjouer ses plans. Si Jeanne va devoir combattre contre la méchante comtesse Meredith, le cerveau de l’affaire, elle a dans son camp la princesse Victoire, ou plutôt son fantôme puisqu’elle est morte dévorée par l’ogre.

Voilà un sympathique roman qui ne laissera pas une minute de répit aux jeunes lecteurs. Car Jeanne vole d’aventures en aventures dans le sillage de l’ogre et des magiciens. Elle visite le sous-sol parisien, saccage Notre-Dame et une bonne partie des Galeries Lafayette.

Action donc mais aussi belle frayeur car l’ogre en cavale est absolument effrayant, sans espoir possible. Le roman s’ouvre sur Jeanne qui tombe dans le coma, puis sur la dévoration de son cœur et ma foi, rien de bien drôle là-dedans. Au contraire, cette histoire commence sous de bien sombres auspices, sombres comme les contes de jadis.

Par son dynamisme et son fort caractère, l’héroïne séduira sans doute les jeunes lectrices. Jeanne se sent différence, en particulier car son goût pour la lecture la distingue des autres. Comme vous et moi, elle fait partie d’une catégorie de plus en plus rare d’êtres humains qu’on appelle lecteur : en voie de disparition, il peine souvent quand il est jeune à faire valoir son droit à la différence… Jeanne nous est une porte entre la triste réalité et les formidables royaumes de l’Imaginaire qui nous enchantent : entrez donc !

Paul Beorn sur Mes Imaginaires

.

Un ogre en cavale, Paul Beorn, Castelmore, mars 2016, 288 pages, 10,90€

 

A lire aussi :

FBI et les neuf vies du chat – Sophie de Mul... La littérature jeunesse regorge actuellement de jeunes voyageurs du temps. Depuis le William d'Aurélien Aujame en passant par Tom Cox de Franck Krebs,...
Les nombreuses vies de Dracula – André-Franç... Après Fantômas, Frankenstein ou bien encore James Bond, la collection « Bibliothèque rouge » des Moutons Électriques nous revient avec une biographie ...
L’envers du monde – Gabriel Katz Que ceux qui n’ont pas lu le premier tome d’Aeternia ne lisent pas cette chronique, ou ne viennent pas se plaindre : il se terminait sur un renverseme...
La mort du temps – Aurélie Wellenstein La mort du temps, troisième roman d'Aurélie Wellenstein commence en fanfare. Callista se réveille dans un hôpital étrange, son père à son chevet. Il n...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

One Comment

  • lutin

    C’est surprenant mais voici une lecture jeunesse qui me donne envie d’y plonger. Peut-être est-ce lié à la particularité de la l’héroïne, une jeune lectrice.
    Belle critique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *