Boxing Dolls – Bordage et Vicédo


Je découvre la collection « Petite bulle d’Univers » alors que la collection compte désormais dix titres. Quelle superbe découverte cependant ! Il s’agit d’une nouvelle graphique où à l’inverse d’autres textes illustrés, ce sont les illustrations qui ont précédé le texte. La graphiste et plasticienne à l’origine de Boxing Dolls se nomme Laura Vicédo et son univers des plus inquiétants a inspiré un texte tout à fait adéquat à Pierre Bordage.

Laura Vicédo a conçu un ensemble de poupées enfermées dans des boîtes souvent trop étroites et derrière des barreaux. Elles sont couvertes de bandes blanches type Velpeau, tantôt percées d’épingles, tantôt comme enchaînées de laine. Certaines semblent armées, d’autres mutilées. Le tout est très étrange, un semblant de vie se concentrant dans leurs yeux alors que leurs corps sont désarticulés pour entrer dans les boîtes.

Boxing Dolls 1

 

Pierre Bordage a bien sûr su créer un univers capable d’offrir un cadre à ces angoissantes créatures. Un explorateur spatial découvre en solitaire la planète Tern, déserte et inhospitalière. Aucune forme de vie n’y a jamais été enregistrée. Mais voilà qu’après quelques jours d’exploration, il découvre une boîte avec à l’intérieur, une poupée. Puis une autre et encore une autre.

Boxing Dolls 2

Belle moisson aujourd’hui. Incontestablement une tête d’enfant. Face gris sombre masquée en partie par une bande de tissu, bonnet orné de stries rouges qui ressemblent à des agrafes, yeux également rouges transperçant les barreaux aux couleurs blanc et noir asymétriques. Il m’est impossible de soutenir l’intensité de ce regard qui lance un vibrant appel au secours à travers le temps. Le petit captif hurle en silence en attendant l’homme, le père, le frère, qui viendra le délivrer.

D’où viennent-elles ces têtes, ces poupées ? Il se met à les chercher frénétiquement, essaie de les sortir de leurs cages. Puis tombe malade.

Je suis terrassé, harcelé par des poupées grimaçantes, fasciné par leur étrange beauté, je flotte dans un état second, je ne perçois plus les limites de mon corps, ou plus exactement, il me paraît à certains moments infiniment grand et à d’autres infiniment petit, j’atteins la taille d’une planète ou me rétrécis à l’échelle de l’atome, je suis comprimé dans une boîte en fer qui me contraint à garder la tête penchée, mes membres démesurés flottent en toute liberté dans le vide spatial.

Fasciné, le lecteur l’est aussi par l’angoisse morbide suscitée par les poupées. Elles sont ici superbement photographiées par Philippe Aureille qui conçoit pour elles un décor et une mise en scène qui confinent au traumatisant.

Boxing Dolls 3

Boxing Dolls est un véritable choc esthétique.

Aux chanceux qui passeront par Grenoble : vous pourrez découvrir jusqu’au 8 janvier 2017 à La Casemate (2 Place Saint-Laurent) les figurines qui ont servi à la conception de ce superbe ouvrage. Elles sont en effet visibles au cours de l’exposition « Monstru’Eux, vous trouvez ça normal ? » qui s’interroge sur le monstrueux.

.

Boxing Dolls, nouvellede Pierre Bordage, figurines de Laura Vicédo, photos et conception graphique de Philippe Aureille et dessins de Marion Aureille, Organic Editions (Petite bulle d’Univers), mai 2016, 52 pages, 16€

 

Ceux qui n'oublient pas, premier tome d'un dyptique intitulé Chaos, s'ouvre sur l'acte dont les conséquences nous seront contées sur 450 pages. Une femme brise une éprouvette sur le quai d'une gare parisienne. Ainsi libère-t-elle des millions de "passagers clandestins" qui s'accrochent aux voyageurs, puis à ceux qu'ils croisent. Ainsi…
Aube Claire est un centre qui accueille des personnes gravement handicapées. Il ne s'agit pas d'un mouroir sordide mais d'un endroit où on se soucie du bien-être des patients, où on cherche à embellir leur quotidien. Ne le cherchez pas sur la carte de France : c'est à Genève qu'il…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “Boxing Dolls – Bordage et Vicédo

  • lutin

    Les illustrations sont superbes et ont un petit quelque chose d’émouvant au delà de la première apparence effectivement « traumatisante ».
    Merci de cette découverte

    • Sandrine Brugot Maillard Auteur de l’article

      Je les trouve vraiment superbes. J’espère que ce modeste billet contribuera à faire connaître cette artiste et aussi cette maison qu’à ma grande honte je ne connaissais pas encore…