Chemins toxiques – Louis Sachar


Chemins toxiquesTamaya est en CM2 et Marshall en 5e, autant dire qu’elle n’existe pas pour lui. Mais voilà, elle n’est pas autorisée à emprunter seule le chemin de l’école et comme ils sont voisins, ils font route en semble. Et puis bon, elle est sympa Tamaya, un peu fayotte mais sympa. Jusqu’à présent, ça se passait plutôt bien à l’école pour Marshall, mais le nouveau, Brad, a décidé de faire de lui sa tête de Turc et la classe entière s’est liguée contre lui. Brad l’attend à la sortie pour lui faire la peau.

Alors Marshall décide d’emprunter un raccourci pour rentrer, de faire un détour plus exactement pour ne pas avoir à affronter son ennemi. Tamaya ne doit pas prendre par les bois mais elle ne doit pas non plus rentrer seule. Elle décide de suivre Marshall. Et tous deux vont rencontrer Brad qui s’en prend aussitôt violemment à sa victime préférée. Pour défendre son ami qui a le dessous, Tamaya empoigne un paquet de boue et le lance à la figure de Brad : début d’un drame, d’une catastrophe même qui aurait pu avoir des conséquences désastreuses sur l’humanité.

Parallèlement à l’histoire un peu longuette des trois principaux protagonistes, le lecteur suit les notes du procès d’un scientifique qui a inventé une nouvelle forme de vie. Il s’agit d’un micro-organisme utilisable en lieu et place du carburant traditionnel. Il a la capacité de se multiplier seul à très grande vitesse. Sa Biolène, c’est à la ferme Sunray qu’il l’a fabriquée, mitoyenne de l’école de Tamaya et Marshall.

Face au spectre de la surpopulation, un savant excentrique, plein de bonnes intentions crée un organisme qu’il ne contrôle pas pleinement. Dépassé par sa création, il fait plus figure de sorcier que de scientifique. N’est pas démiurge qui veut. Plane à l’horizon le spectre de la surpopulation et de l’exponentiel développement des hommes sur Terre, à l’image des micro-organismes nocifs de la Biolène.

A ces fort intéressantes pistes de réflexion, Louis Sachar superpose l’histoire des trois élèves, particulièrement celle de Tamaya, jeune fille un peu gnangnan. Première de la classe, sa personnalité peu attrayante devient intéressante quand on la comprend victime de la Biolène et non d’un urticaire, comme elle le croit. Mais elle-même ne s’intéresse pas vraiment à ses petits boutons qu’elle tartine de crème et tout ça est bien long.

Qu’on me permette d’en finir en soulignant qu’aujourd’hui encore, les petits Américains mangent au déjeuner des sandwichs au beurre de cacahuète ET à la confiture…

.

Chemins toxiques (Fuzzy Mud, 2015), Louis Sachar traduit de l’anglais (américain) par Jean-François Ménard, Gallimard, avril 2016, 234 pages, 12€

 

.
.

Pour recevoir un mail à chaque nouvel article publié :

.

La seule façon d’envisager l’avenir à Blackwater, c’est de gagner la Course. Pour ainsi gagner le droit de rejoindre la Base, là où se sont réfugiés les nantis et échapper au ciel toxique qui ruine la planète. A la violence et à la misère aussi. Mais pour participer, il faut s’acquitter…
Nombreux sont les lecteurs de littératures de l'Imaginaire qui sont tombés sous le charme de Morwenna. Il faut dire que cette Galloise de quinze ans a tout pour plaire, pour leur plaire. On pourrait même croire qu'elle a été conçue pour eux, un peu comme un produit... Pensez donc, cette…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 commentaires sur “Chemins toxiques – Louis Sachar

  • Gaëlle

    Je t’avoue que j’ai été très déçue par ce texte. Même s’il aborde des thématiques intéressantes, je trouve qu’il manque de profondeur et que les personnages sont superficiels. Louis Sachard nous a habitué à mieux.

    • Sandrine Brugot Maillard Auteur de l’article

      C’est le premier roman de Louis Sachar que je lis. J’ai reçu aussi la réédition du Passage, qui a meilleure presse.

      • Gaëlle

        Dans mon souvenir Passage était bien meilleur. Je le relirais a l’occasion car il y eu tellement de parution depuis que, peut-être, mon avis ne sera pas le même.

  • Julia (Lupiot)

    Rhôôôô, tu es dure, j’ai trouvé ça sympa, moi 😀
    À base de déterminisme social, mais plutôt positif et bon enfant, et c’est un roman qui ouvre la réflexion sur des thèmes « green » sous la forme d’une aventure engageante. La mise en place est longue, mais le roman dans son ensemble fonctionne bien, je trouve, pour le public jeune (plus jeune que pour le passage) auquel il s’adresse. Les passages avec le scientifique fou sont classiques mais très fendards.

    Lis Le Passage (très belle réédition, en passant). Je continue de ne pas comprendre le titre de ce roman (? mystère), en revanche, il est drôle, intelligent, il donne des envies d’évasions, et il est suuper cool. Ma chronique de l’an dernier : https://allezvousfairelire.com/2015/03/13/le-passage-de-louis-sachar-1998

    • Gaëlle

      Je trouve ton point de vue intéressant. Parfois, c’est dur de prendre un peu de recul lorsque tu lis plusieurs livres en même temps.Peut-etre que j’en attendais trop de ce nouveau Sachar. Je vais suivre ton conseil et le présenter sous un autre angle à mes lecteurs