Jeunesse

Stone Rider – David Hofmeyr

Stone RiderLa seule façon d’envisager l’avenir à Blackwater, c’est de gagner la Course. Pour ainsi gagner le droit de rejoindre la Base, là où se sont réfugiés les nantis et échapper au ciel toxique qui ruine la planète. A la violence et à la misère aussi. Mais pour participer, il faut s’acquitter des droits d’inscription. Adam Stone donne à manger au cochon chez le vieux Dagg, c’est tout ce qu’il a trouvé pour gagner de l’argent. Et maintenant qu’il a la somme en poche, il zone aux alentours du garage de Sadie, sans trouver le courage de s’inscrire. Car pour participer, l’argent ne suffit pas : il faut du courage, beaucoup de courage car de nombreux participants meurent durant la course.

Frank, le frère d’Adam a laissé une jambe dans la Course de Blackwater. Jadis leur père a participé lui aussi, sur la même békane, une Longthorn, que seuls les membres d’une même lignée peuvent conduire. Mais le père, devenu mineur pour subvenir aux besoins de ses fils après la mort de sa femme, s’est suicidé. Les deux frères sont seuls, en proie à l’animosité de Levi, le chef du clan des Scorpions, qui en veut à l’argent d’Adam. Mais surgit Kane, de nulle part, qui prend la défense d’Adam et l’incite à s’inscrire. Adam va la faire cette Course, avec en tête les préceptes de son frère dont il doit venger la mort : ne jamais faire confiance à personne. Mais Adam est un tendre qui prend le trop jeune Nate en pitié et qui surtout est raide dingue de Sadie, la békanicienne, sœur de Levi et fille du Colonel, celui qui contrôle tout à Blackwater, y compris le déroulement de la course.

Western futuriste à la Mad Max, Stone Rider se lit tambour battant, au rythme de cette course aussi mortelle qu’effrénée. Le parcours des participants est semé d’embûches, d’obstacles vicieux mais aussi de bandits, de loups et, dit-on, d’une tribu cannibale. Les laissés-pour-compte de Blackwater vont rencontrer plus miséreux et plus dangereux qu’eux sans cesser d’être observés par les nantis qui du haut de leurs vaisseaux surveillent et commentent la course. Comme de la télé-réalité en quelque sorte. Car Stone Rider est aussi un jeu à la vie à la mort comme on en lit beaucoup aujourd’hui en littérature pour adolescents. Violence, amourette et action sont aussi au rendez-vous, avec un quelque chose en plus dans les personnages qui les distingue du lot. Ils sont assez mystérieux et ambigus pour retenir l’attention jusqu’au bout, grâce notamment à une suite de révélations inattendues.

L’originalité n’est pas le point fort de Stone Rider mais le roman est efficace et bien mené.

.

Stone Rider (Stone Rider, 2015), David Hofmeyr traduit de l’anglais par Alice Marchand, Gallimard Jeunesse, août 2015, 311 pages, 15€

 

A lire aussi :

Enclave – Ann Aguirre Ann Aguirre donne la parole à Trèfle, alors qu’elle est sur le point de voir son rêve s’accomplir : devenir Chasseuse. Dans l’enclave souterraine Coll...
Grandclapier – Joann Sfar Après L’Eternel, roman pour adultes, Joann Sfar se lance dans la littérature jeunesse avec Grandclapier, premier tome d’une série de fantasy, nous ann...
Terrienne – Jean-Claude Mourlevat Anne, dix-sept ans, fait du stop au bord de la route, non loin de Saint-Etienne. Etienne, un peu plus de soixante-dix printemps, la fait monter. La co...
La trilogie de Bartiméus / 2 – Jonathan Stro... Deux ans et demi se sont écoulés depuis la fin de L'amulette de Samarcande qui a vu la victoire du jeune Nathaniel sur le traître magicien Simon Lovel...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot Maillard : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

5 Comments

  • Gaëlle

    En effet, l’originalité n’est pas son point fort et j’ai trouvé que les personnages manquaient de profondeurs. On enchaine les actions sans vraiment avoir le temps de comprendre ce qui se passe.

    • Sandrine Brugot Maillard

      On aurait volontiers pris quelques pages de plus pour les creuser ces personnages un peu pour une fois, ce qui n’est pas si mauvais signe pour l’intérêt porté au roman. Ils font beaucoup dans l’action ces auteurs de post apo, dystopie, zombies et autres genres du moment, l’effet séries télé sans doute : faut qu’il se passe quelque chose…

      • Gaëlle

        Mes lecteurs ado n’ont pas été si nombreux à se laisser tenter pour le moment. En fait, on ne sait pas trop à quel lectorat ce roman s’adresse. Il a reçu une Pépite à Montreuil ce qui m’a un peu surprise.

  • lutin

    2 critiques coup sur coup!
    Ce bouquin a l’air vraiment intéressant, j’ai quand même une réserve. J’ai détesté Mad Max… et il a l’air orienté young adult.
    Je crois que je vais passer.

    • Sandrine Brugot Maillard

      Les vieux Mad max, le nouveau Mad max, tous les Mad Max en général ? Bon, si on n’aime pas du tout les motos, c’est peut-être un hasardeux de se lancer…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *