Les pierres qui pleurent – Danielle Martinigol


Pierres qui pleurentAprès plusieurs dizaines de romans jeunesse résolument tournés vers la science-fiction, il semblerait que Danielle Martinigol s’intéresse aussi aujourd’hui à un autre genre : le roman historique. Les Pierres qui pleurent conjuguent les deux, tout en restant ancré dans notre présent. C’est fort, non ?

Pierrel et Tim sont jumeaux et amis de Najoie. En cette période de vacances, tous trois passent beaucoup de temps sur le chantier de construction du château de Guédelon : le père des jumeaux est le gardien du chantier et Najoie se passionne pour le Moyen Age. Ils y rencontrent Tessa qui court après son acrobate de petit frère. Et c’est tous les cinq qu’ils se retrouvent emportés dans le temps, à l’époque où le château aurait pu être construit : le XIIIe siècle.

Écrire un roman historique (même pour partie seulement) est un exercice au moins aussi difficile que d’écrire de la SF, alors les deux en même temps… Le piège du genre est de surcharger le lecteur d’explications contextuelles et événementielles : lui raconter l’Histoire plutôt qu’une histoire. Il faut donc lui apporter sans en avoir l’air, les précisions nécessaires pour qu’il comprenne l’époque évoquée. Ici en l’occurrence il s’agit de très jeunes lecteurs qui ont peu de connaissances (ou des « connaissances » modernes véhiculées par des films et séries que je ne nommerai pas…) mais qui souvent s’intéressent aux châteaux et aux chevaliers. Quelques notes de bas de page (mais pas trop), des dialogues dynamiques et des renseignements naturellement amenés : voilà une recette qui fonctionne.

GuédelonQuoi de plus passionnant dès lors que l’actuelle construction du château de Guédelon qui offre un parfait théâtre à l’intrigue. Les jeunes protagonistes voyagent dans le temps grâce à un mystérieux chat casqué et découvrent la vie dans un vrai château médiéval. Et parce que rien n’est trop grand pour un roman, ils y rencontrent Louis IX, pas encore Saint-Louis, et Rutebeuf le poète. Et une jeune fille en peine car son père est accusé à tort. Et si ses larmes étaient à l’origine des pierres qui pleurent au château de Guédelon ?

Premier opus de la collection « Aventures à Guédelon », Les Pierres qui pleurent a de quoi séduire son public cible. Je regretterai juste que le projet si original de la construction du château ne soit pas explicité en début d’ouvrage pour que le jeune lecteur qui l’ignorerait sache qu’on est bien aujourd’hui en train de construire un château fort comme au XIIIe siècle.

Danielle Martinigol sur Mes Imaginaires

 

Les Pierres qui pleurent, Danielle Martinigol, ActuSF (Aventures à Guédelon), mars 2016, 154 pages, 5€

.
.

Pour recevoir un mail à chaque nouvel article publié :

.

Après la sélection annuelle en janvier, je vous présente avec plaisir la liste des ouvrages que nous avons nominés pour le Grand Prix de l'Imaginaire 2016. Les lauréats seront annoncés peu avant le festival Étonnants Voyageurs de Saint-Malo (14 - 16 mai 2016) où ils seront récompensés. . Roman francophone…
La seule façon d’envisager l’avenir à Blackwater, c’est de gagner la Course. Pour ainsi gagner le droit de rejoindre la Base, là où se sont réfugiés les nantis et échapper au ciel toxique qui ruine la planète. A la violence et à la misère aussi. Mais pour participer, il faut s’acquitter…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 commentaires sur “Les pierres qui pleurent – Danielle Martinigol

    • Sandrine Brugot Maillard Auteur de l’article

      Moi, j’aimais bien le Club des Cinq quand j’étais gosse : qu’est-ce que j’aurais aimé être la sixième !
      Et non, je ne suis pas encore allée à Guédelon, mais je compte bien voir ça avant la fin de la construction 😉

  • ladocattitude

    J’ai eu l’immense chance de recevoir Danielle Martinigol au collège dans lequel je travaillais l’année dernière. C’est une auteur absolument charmante, et le contact avec les jeunes passe très bien. Elle nous a expliqué comment elle procédait pour écrire et surtout quelles étaient ses valeurs. Ses ouvrages ont vraiment suscité la curiosité de ces jeunes lecteurs et surtout de toute la dimension parfois écologique, économique ou historique qui est présente dans ses romans. Je ne connais pas ce nouvel ouvrage mais je serais ravie de le découvrir. Merci pour cette chronique !!

    • Sandrine Brugot Maillard Auteur de l’article

      Quel bonheur ces auteurs qui passionnent le jeune public ! Ça ne m’étonne pas que Danielle Martinigol passe bien auprès du jeune public : c’est une personne généreuse et sincère, personne ne s’y trompe. J’espère que vous et vos élèves apprécierez cette nouvelle série.