Jeunesse

Red Queen – Victoria Aveyard

Red QueenUn futur indéterminé dans un monde indéterminé. La société (et les êtres humains) est scindée en deux : les Rouges et les Argents. Les Rouges travaillent, se battent et merci d’être venus, les Argents dirigent et s’amusent. Mare Barrow est une Rouge et une voleuse. Ses trois frères aînés sont partis à la guerre, cette guerre qui dure depuis un siècle, contre des ennemis inconnus. Bientôt ce sera son tour de partir car elle aura dix-huit ans sous peu et aucun travail pour mériter de rester au sein de sa famille. C’est sa soeur qui fait vivre la maison depuis que son père est revenu handicapé de la guerre.

Mais tout ça va changer. Parce que Cal, le prince héritier, s’encanaille parfois parmi les Rouges et que son regard tombe sur Mare. Parce que cette dernière un beau jour fait montre de pouvoirs qui sont habituellement l’apanage des seuls Argents. Parce qu’elle quitte sa famille pour devenir domestique au palais et bientôt la promise de Maven, demi-frère du prince héritier. Et Mare Barrow devient lady Mareena Titanos.

Une Rouge peut-elle devenir Argent du jour au lendemain sans trahir les siens ? Mare, héroïne de Red Queen, ne va bien sûr pas abandonner le camp des opprimés mais bien devenir une espionne à leur solde. Mais alors, qu’en est-il de Maven qui l’aime d’un amour sincère ? Eh bien il va lui aussi rallier la cause des Rouges. Et qu’en est-il du penchant que Cal, futur roi, semble avoir pour la jeune fille ? Eh bien ça, je n’y répondrai pas car ce serait sérieusement gâcher une partie du suspens, non ?

Victoria Aveyard rassemble ici tous les ingrédients d’un roman young adult à la mode : une dystopie et les injustices qu’elle entraine, une héroïne au caractère fort qui va se faire redresseuse de torts malgré toutes les embûches qui s’accumulent sur son chemin, des ennemis très puissants et vraiment méchants (comme cette peste d’Evangéline, promise du prince héritier), et un triangle amoureux qui permet hésitations, baisers volés et premiers émois. La touche d’originalité vient du fait que les Argents ont des pouvoirs bien particuliers : manipuler l’eau, le feu, les objets, le métal… celui de Mare, qu’elle découvre en même temps que le lecteur, est de maîtriser l’électricité, voire même de la créer (ce qui est inédit). En plus des usages de la cour royale, elle va donc devoir apprendre à maîtriser ses nouvelles et extraordinaires capacités.

La jeune héroïne passe son temps à ménager la chèvre et le chou : la vie de château avec serviteurs et petit chéri dévoué (et même petits chéris dévoués) mais aussi l’estime de son milieu d’origine, car trahir les siens, c’est mal. Si Victoria Aveyard a voulu camper une héroïne agaçante, c’est gagné. Le plus gênant à mes yeux c’est qu’après treize secondes d’hésitation, elle accepte le terrorisme comme arme contre les puissants. Ses camarades rouges se sont organisés au sein de la Garde écarlate et lui expliquent qu’au point d’oppression où ils en sont, il n’y a pas d’autres solutions que de tuer et que leur cause vaut bien quelques dommages collatéraux, entendez des morts et des blessés.

Cette apologie de la violence est partout. On nous explique dans les romans pour adolescents qu’il est légitime d’être violent, de tuer ses ennemis et même quelques autres si on est opprimés. J’ai du mal avec ça et le net sentiment que ce n’est pas le bon chemin…

 

Red Queen / 1 (Red Queen, 2015), Victoria Aveyard traduit de l’anglais par Alice Delarbre, Le Masque (MsK), mars 2015, 448 pages, 18€

 

A lire aussi :

La vie étonnante d’Ellis Spencer – Justine A... Ellis Spencer, onze ans, n’est pas comme tout le monde, c’est une enfant à problème : petite, discrète, bigleuse, elle fait tache dans la réussite de ...
La prédiction / Alice Hoffman Pluie est la fille de la reine des Amazones. En un temps sanglant, elle fait le récit de sa vie, de son enfance sans amour. Destinée à être la future ...
Miss Peregrine et les enfants particuliers –... C’est sa très étrange couverture qui m’a donné envie de lire Miss Peregrine et les enfants particuliers. D’autant plus qu’en le feuilletant, on découv...
Les fragmentés – Neal Shusterman Dans ce roman de Neal Shusterman, les États-Unis ont connu la Guerre Cardinale au cours de laquelle s’affrontèrent Armée pour la Vie et Brigade du Cho...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot Maillard : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

5 Comments

  • Marion

    Merci Sandrine pour cette dernière remarque. J’ai de plus en plus de mal moi aussi avec toutes ces dystopies qui se terminent en révolution et où les héros prennent les armes et massacrent allègrement leurs oppresseurs. C’est ça, le modèle qu’on propose aux ados ? Et ça ne choque personne ?

    • Sandrine Brugot Maillard

      On dirait bien que non Marion, ou seulement quelques-uns… C’est en effet inquiétant et choquant cette légitimation de la violence, cette façon de considérer comme négligeable et inévitable la mort d’autrui pour parvenir à ses fins, soutenir une idée. Et tout ça est présenté sans le moindre recul, sans analyse…

  • Gaëlle Chollet

    Je suis assez d’accord avec toi même si je n’aurais pas pousser mon analyse aussi loin. Je trouve surtout que le personnage manque de consistance. Pour le moment, il n’y a pas eu une énorme demande de la part des lecteurs sur ce titre. En revanche, chez MSK, je te conseille  » les Messagers du Vent » de Clelie Avit. Un bon premier tome de fantasy dans lequel on retrouve certes quelques « ingrédients » propre au genre mais rapidement l’univers de la histoire apparaît et surtout les personnages sont très présents.
    http://www.editions-jclattes.fr/les-messagers-des-vents-9782702445556

    • Gaëlle Chollet

      Il n’y a pas beaucoup de nouveautés en fantasy en ce moment. Ce titre est donc le bienvenu. D’autant plus que l’auteur n’est pas une spécialiste du genre et elle fait ça avec brio. Son précédent roman « je suis la » connaît un beau succès en littérature.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *