Livide – Alexandre Bustillo et Julien Maury


Lucie (Chloé Coulloud) est élève-infirmière. Elle entame un stage avec madame Wilson (Catherine Jacob), pète-sec mais bon fond, qui n’accorde pas beaucoup de compassion à ses vieux malades souvent cloués sur place. Elles rendent visite à la très vieille madame Jessel (Marie-Claude Pietragalla), dans le coma depuis très longtemps. Elle survit dans son lit, au dernier étage de son immense demeure à l’abandon. Madame Wilson explique à Lucie que cette femme, ancienne danseuse, est très riche, on dit même qu’elle cache un trésor…

Livide

Le soir même, Lucie raconte sa journée à William (Félix Moati), son petit ami qui travaille sur un bateau de pêche. Il tilte tout de suite : il faut trouver ce trésor, c’est sans danger puisque la vieille est inconsciente. Lucie proteste bien un peu, mais William lui fait comprendre qu’il en a assez de cette vie, de la pêche et de la mer qui use les hommes. Il veut faire un gros coup et partir. Et voilà Lucie, William et son frère Ben (Jérémy Kapone) en route (de nuit bien sûr, et la nuit d’Halloween…) pour la vieille et grande maison inquiétante.

Livide maison

Et quelque chose nous dit que ça ne va pas se passer aussi bien que prévu. Parce qu’après le travail, madame Wilson enlève des enfants et les découpe dans sa baignoire. Parce que la fille muette de madame Jessel a disparu il y a longtemps. Et parce que cette maison, gothique à souhait, fiche la trouille tout simplement.

Ce scénario-là, on l’a déjà pas mal vu : jeunes gens inconscients qui pénètrent de nuit dans l’antre du Diable, exactement là où personne de sensé n’irait mettre les pieds. Ce qui dans la première partie retient l’attention du spectateur, c’est le soin apporté à mettre en place la jeune héroïne. Lucie est une jeune femme sensible, qui porte attention aux vieilles personnes que sa tutrice traite avec mépris Elle a été marquée par le suicide de sa mère (Béatrice Dalle), elle est consciencieuse, et malheureusement amoureuse de cet écervelé de William. Les trois jeunes acteurs sont d’ailleurs très justes et convaincants.

Moati

Une fois les jeunes cambrioleurs dans la place, ils se mettent à fouiller et se confirme alors le parti pris esthétique de Julien Maury et Alexandre Bustillo : le spectateur pénètre dans un univers à la fois onirique et horrifique tout à fait somptueux. Il fait sombre bien sûr, les meubles sont empoussiérés ou drapés de blanc. On s’attend à de multiples jump scare mais ils n’en abusent heureusement pas car nous réservent bien plus intéressant. Les trois jeunes gens se retrouvent enfermés et bientôt, des spectres s’en prennent à eux, des spectres assoiffés de sang et tout à fait féroces. Voire même atroces, certaines scènes sont très violentes et cruelles (sans qu’on sache d’ailleurs vraiment pourquoi…).

Livide Maury et Bustillo

Les jeunes gens s’en sortent mal, très mal. Ce qui arrive à Lucie n’est pas très clair, ce qui n’est pas un souci puisqu’il suffit de regarder pour être happé par ce film. Le scénario donc n’est pas lumineux, c’est par la beauté des images que les deux réalisateurs convainquent.

Livide Jessel

Nombreuses sont les références au cinéma de genre, à ces films des années 70 et 80 qui ont fait l’Age d’Or du cinéma d’horreur. Julien Maury et Alexandre Bustillo affichent leurs influences, en particulier celle de Dario Argento, et parviennent pourtant à s’approprier des thématiques vieilles comme le cinéma ou quasi. Les ados inconscients, la vaste maison inquiétante (du genre cabinet de curiosité d’un personnage de Poe), et enfin les vampires, puisque c’est de ça qu’il s’agit.

Vampires

Le scénario est riche, il ouvre de multiples portes dont certaines sans issue. Ça agacera certainement (les spectateurs de ce genre de films peuvent se révéler étonnamment rationnels…).

 

Livide de Julien Maury et Alexandre Bustillo
Sortie nationale : 7 décembre 2011 – Durée : 1 h 31

 

U4 est une série d'un nouveau genre. Écrite par quatre auteurs jeunesse, elle raconte les aventures de quatre jeunes gens (deux filles et deux garçons), chacune d'un point de vue différent. Ils livrent donc chacun leur version de l'histoire, d'une histoire collective dans laquelle s'insère leur destin particulier. Yannis et…
L'amateur de littérature de l'Imaginaire aime généralement à se perdre en des contrées étranges. Dans le meilleur des cas, celles-ci proposent un monde différent, inattendu, dépaysant. Bref, un ailleurs spatial et/ou temporel. Booming propose tout ça et plus encore. Car Booming, c'est aussi une expérience de lecture qui nécessite que…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *