Les variations fantômes – Régis Descott


Les variations fantômesC’est en arrivant à la gare où il doit rejoindre le Docteur que Serge, narrateur des Variations fantômes, se rend compte qu’il n’est pas le seul que celui-ci a sollicité : ils sont cinq, cinq autres disciples qui comme lui disposent de facultés bien particulières. Vicky, Evelyne, Leila, Clovis, Lucas et Serge sont tous capables de communiquer avec les esprits. C’est pourquoi le Docteur les a choisis.

Convié par M.Wolf qui prétend que son château, l’Etoile, est hanté, le Docteur est venu accompagné de ces six jeunes gens exceptionnels. Qui ne tardent pas à sentir en effet quelques présences mystérieuses dans les couloirs dans ce sombre château quasi à l’abandon pour lequel Wolf a de vastes projets. Ne sachant rien du passé de la demeure, ils commencent par chercher si un drame y a eu lieu, qui justifierait le retour vengeur de certaines victimes. Apparitions, rires, cris, piano qui joue tout seul troublent et alimentent leurs recherches. Jusqu’à une bien macabre découverte qui va précipiter les événements dans une très funeste direction.

Il est donc ici de maisons hantées et de vengeance par delà les siècles. Le lecteur s’interroge sur le drame qui s’est déroulé jadis, et s’inquiète du sort de ces six jeunes gens. Il y a donc suspens puisque les protagonistes se mettent à mourir avec une régularité alarmante. Et un systématisme un peu radical. De fait, tout va un peu trop vite dans ces Variations fantômes. Les personnages ne sont pas caractérisés, on ne les connait pas et on ne se désole donc pas trop de leur disparition aussi violente que prématurée.

L’ambiance est bien plus soignée, très lourde malgré un style qui ne l’est pas. Le château se trouve vite privé d’électricité, cerné par le brouillard : c’est le huis clos qui s’installe, oppressant. L’auteur finit en introduisant un flou narratif qui sied au roman, et au genre.

Régis Descott sur Mes Imaginaires et sur Tête de lecture

 

Les variations fantômes, Régis Descott, Lattès, avril 2015, 345 pages, 19,50€

 

.
.

Pour recevoir un mail à chaque nouvel article publié :

.

Après un recueil de nouvelles horrifiques, Je suis la reine, Anna Starobinets nous revient avec un roman dystopique, presque aussi inquiétant qu'un bon film d'horreur. Il ne s'agit pas ici de nuire à l'intégrité physique de la personne, mais de la modeler, de la formater dès la "naissance" afin de…
Pour remplir leurs rubriques, certains magazines vous posent une question essentielle : que sont-ils devenus ? Tous ces chanteurs ou acteurs qui ont disparu après un ou deux tours de piste. Dans Nous allons tous très bien, merci Daryl Gregory innove carrément en s'intéressant, entre autres, aux victimes de crimes…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *