Adultes

A l’aide ou le rapport W – Emmanuelle Heidsieck

A l'aide ou le rapport WL’empathie, la solidarité, la charité humaine : foutaises que tout cela ! Grâce au travail conjoint de A et B, fonctionnaires au ministère de l’Intérieur, un rapport est en route qui permettra de légiférer sur ces vieilles lunes qui gênent encore, quoique de façon marginale, le plein développement d’une société productiviste et utilitariste. Et à quoi peut bien servir l’entraide si ce n’est à encourager les groupuscules de résistance à l’économie du profit.

Tout y passe : le voisin qui vous donne des œufs, le cousin qui vous prête sa maison sur la Côte, la grand-mère qui garde les enfants. Il faut grâce à la législation, anéantir toute forme d’échange et d’entraide qui nuisent à l’économie marchande. Il est interdit d’aider, même par des conseils, car ça, c’est le boulot des psys et autres coachs en tout genre. Comment décourager ces donneurs de conseils bienveillants ?

En mettant l’accent sur leur manque d’expérience et de professionnalisme. C’est un métier. Deuxième partie. En proposant la création d’un délit de conseil (un à trois ans de prison, 50 000 euros d’amende). Les personnes qui pourront démontrer qu’elles ont subi un préjudice, en suivant le conseil de I ou E, seront légitimes à aller en justice pour obtenir réparation.

On mettra bien sûr en place des brigades de surveillance, « nouvelle forme de police de proximité » mais le nerf du système seront bien sûr la surveillance entre voisins, collègues et amis, et la délation. Ce qui ne sera pas difficile puisque la famille n’existe quasiment plus et qu’on peut compter au nombre de ses amis des personnes qu’on n’a jamais vues et qui n’existent peut-être même pas.

La dystopie a très court terme (août 2015 !) d’Emmanuelle Heidsieck est d’autant plus réaliste qu’elle s’appuie sur des pratiques sociales et culturelles effectives. Les grands-parents étant désormais bien occupés, ils n’ont plus le temps de garder leurs petits-enfants : éradiquer la nounou grand-mère ne sera donc qu’une formalité. Et celui qui vous prête sa voiture, sa maison : n’attend-il pas quelque chose en échange ? Gentillesse et générosité ne sont plus des concepts porteurs. Ou au contraire, ils ne sont plus que des concepts dénués de toute pratique. Ce qui compte aujourd’hui, ce sont le profit et les chiffres. Le nombre d’amis Facebook plutôt l’apéro entre copains.

On ne peut laisser se développer et s’épanouir, en dehors du marché, des structures dont la finalité n’est pas le profit mais l’intérêt de leurs membres et qui se proposent « de mener une action de prévoyance, de solidarité et d’entraide ». Sous couvert de bonnes intentions, elles sont en compétition avec le secteur marchand.

Car enfin, si vous donnez votre manteau à un pauvre, il n’ira pas s’en acheter un. Comment ça il n’en a pas les moyens ? Eh bien qu’il meurt, ça fera du boulot aux pompes funèbres !

 

A l’aide ou le rapport W, Emmanuelle Heidsieck, Inculte (LaureLi), juillet 2013, 141 pages, 14,90€

 

A lire aussi :

Les éveillés – Jérôme Camut & Nathalie ... Jérôme Camut pour moi, c'est Malhorne, grâce au premier tome paru il y a quelques années au Serpent à Plume, j'avais rencontré l'auteur pour une inter...
Maintenant qu’il fait tout le temps nuit sur... C'est l'histoire d'un petit garçon de trente ans qui vient de perdre sa maman. Alors comme tous les petits garçons, il s'invente des histoires pour su...
L’encre et le sang – Thilliez & S... William Sagnier aurait pu être un bon écrivain. Si sa maîtresse et éditrice Cassandra Brandström ne lui avait pas piqué son manuscrit pour le refiler ...
Le syndrome du scaphandrier – Serge Brussolo David est plongeur, un de ces nouveaux artistes qui au cours de leurs rêves créent des ouvres d'art que les amateurs s'arrachent. Ces "productions ect...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot Maillard : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

3 Comments

    • Sandrine Brugot Maillard

      Mon avis n’est pas très important, si ?
      Mais oui, c’est un bon roman, très habile, qui sous forme romanesque parvient à faire passer une législation et une conjecture sociale

      • Benoit

        Au contraire votre avis de critique avertie et spécialiste du genre nous intéresse pour savoir s’il est intéressant de l’acheter ou non 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *