Memo 657 – Thierry Robberecht


Memo 657Jonas, quinze ans, est élève dans un collège très select de Palo Alto, Californie. C’est là qu’on forme l’élite nationale et même, les futurs dirigeants du monde. Jonas lui, le seul asiatique de l’établissement, deviendra bientôt un des plus importants dirigeants chinois. C’est ce qu’on lui a dit.

Un jour, un ancien au charme de rock star, Harold, vient visiter l’établissement. Il est conseiller auprès du président des Etats-Unis. Jonas se rend compte qu’il est en froid avec le directeur, Patterson. Le lendemain, Harold meurt dans un accident d’avion et Jonas reçoit la visite de Jeff, un élève de sa classe dont il n’est pas très proche. Jeff est poursuivi par des miliciens armés. Il lui demande d’entrer dans le serveur informatique du collège et de mettre la main sur le fichier Memo 657. Puis il disparait.

Parce qu’Harold, officiellement mort le lui demande en rêve, Jonas fait ce que Jeff lui a demandé : il déniche le fichier en question et découvre que lui et tous les élèves de sa classe ne sont rien d’autres que des robots améliorés.

Ce court roman de Thierry Robberecht interroge la science et la technologie au service de l’homme : que peut-on faire de notre savoir ? Le mettre au service de l’humanité ou s’en servir pour dominer le monde et manipuler ses semblables ? Ray, l’inventeur de ces robots devenu SDF, se passionne pour la robotique au service de l’Homme, mais Paterson fabrique « une élite robotique qu’il place dans l’entourage des patrons et des politiques pour les espionner et vendre les informations récoltées« .

Il pose aussi des questions sur l’identité individuelle et au-delà sur ce qui fait un être humain. Un robot bien programmé peut éprouver des émotions, souffrir, aimer : dès lors, où se trouve la frontière avec l’Homme ?

Pour aller plus loin encore, on pourra s’interroger sur l’évolution du robot de machine obéissante à machine consciente, capable de réfléchir et penser par elle-même.

Les pistes de réflexion ouvertes par Memo 657 sont donc multiples, même si le roman privilégie l’aventure et l’action, au détriment de l’introspection. Quelques invraisemblances sont dommageables à la cohérence du contexte (un jeune de quinze ans peut-il se comparer en tant qu’acteur à Brad Pitt en 2028 ? A cette même date, le président américain en exercice peut-il encore être le successeur d’Obama à la Maison blanche ?), sans cependant entraver la fluidité de la narration.

Thierry Robberecht sur Mes Imaginaires

 

Memo 657, Thierry Robberecht, Mijade (Zone J), mai 2015, 150 pages, 6,50€

 

.
.

Pour recevoir un mail à chaque nouvel article publié :

.

Voici un billet qui résonnera comme du chinois aux oreilles de tous ceux qui, à tort, ne se sont pas encore plongés dans la saga-fleuve de Régis Goddyn, Le Sang des 7 rois. Car nous reprenons les choses là où nous les avions laissées au rythme des personnages dont beaucoup…
Amis de l'étrange et du bizarre, L'Autre ville est fait pour vous. Le narrateur ayant découvert un livre aux caractères typographiques inconnus est persuadé qu'un "monde étrange doit se déployer près de nous". Il part dès lors en quête de la cette cité obscure, sorte de monde parallèle aux accents…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *