Adultes

Le Sang des 7 rois livre 3 – Régis Goddyn

Le sang des 7 rois livre 3Voici un billet qui résonnera comme du chinois aux oreilles de tous ceux qui, à tort, ne se sont pas encore plongés dans la saga-fleuve de Régis Goddyn, Le Sang des 7 rois. Car nous reprenons les choses là où nous les avions laissées au rythme des personnages dont beaucoup marchent, se sauvent ou se cachent.

Orville, lancé il n’y a pas si longtemps que ça à la poursuite de ravisseurs d’enfants faisait figure de héros. Aujourd’hui qu’il s’est découvert mage, il n’est qu’un personnage parmi beaucoup d’autres, et loin d’être au final le plus intéressant. Orville a des super pouvoirs, se bat donc sans que l’on craigne grand-chose pour lui, et part à la recherche d’un vieux mage qui puisse lui apprendre à se maîtriser : mieux vaut éviter de faire cramer amis et ennemis en un même bûcher incontrôlé.

Il y a pas mal d’autres gentils, bien sympathiques (j’aime assez la vicomtesse de Hautterre et son Luigi, « une espèce de gentilhomme des bois », gros potentiel), mais surtout des tas de méchants épatants. Comme Lothar, leur chef à tous, qui entend instaurer l’Ordre Nouveau. Il fait emprisonner le roi Hartrold (c’est ce qu’il croit), et les nobles qui administrent les divers royaumes et vicomtés. Ou alors il les fait tuer. Il met ses hommes à leur place, des hommes au sang bleu comme lui, des Gardiens, héritiers nobles des anciens rois. Un bon point aussi pour le personnage de Braseline, une mage enfant capable de faire fondre un château par sa seule volonté et qui choisit de se mettre au service des Gardiens.

Et ces anciens rois, qui sont-ils ? Les informations ne nous parviennent qu’au compte-goutte mais on sait à l’issue de ce troisième tome que cinq des anciens rois étaient des mages et qu’ils ont usé de magie pour conquérir le monde. Ils ont dû affronter les nobles (au sang rouge) et les Compagnons du verrou. Les mages quant à eux sont toujours au nombre de sept. Certains mages, plus de mille ans auparavant, ont créé les hommes au sang bleu pour en faire des esclaves. Parmi ces sept mages-là, un est toujours vivant et se cache dans les sept royaumes.

Quelque chose me dit que le lecteur l’a déjà croisé sans le savoir…

Chaque groupe progresse à un rythme assez lent, ce qui n’empêche pas l’attention de se focaliser sur l’évolution de certains protagonistes en particulier. J’attends pour ma part des nouvelles d’Yvan, qui me plait bien, et surtout de ces inconnus qui discutent (trop peu) en buvant le thé et qui ont l’air de tenir le monde au creux de leurs mains : qui sont les esclaves, les pilotes, les primitifs ? Suspens…

Il reste donc beaucoup à apprendre, mais le passé peu à peu se dessine, de même que le terrible dessein de Lothar : les sang bleu sont en passe de devenir la race dominante, de ceux qui tuent et réduisent en esclavage l’autre partie de l’humanité, celle au sang rouge. Mais pourquoi Lothar fait-il ériger de telles fortifications sur la crête ? Pourquoi tient-il tant à récupérer l’épée de Kradath, l’ancien roi qui était aussi mage ? Les rebelles, sang bleu roturiers s’allient peu à peu aux Gardiens qu’ils combattaient jadis. De victimes des gardiens, deviendront-ils leurs complices pour exterminer leurs anciens alliés au sang rouge ?

Il est donc question de pouvoir, de liberté, de conscience, de transmission. Si la narration est encore éparpillée, parfois inégale, les enjeux en vue valent la peine.

Régis Goddyn sur Mes Imaginaires

 

Le Sang des 7 rois livre 3, Régis Goddyn, L’Atalante, février 2014, 412 pages, 21€

A lire aussi :

Panopticon – Nicolas Bouchard Nicolas Bouchard nous entraine à Londres en 1820. On a attenté à la personne du premier lord, Robert Banks Jenkinson, et ce en plein King's Theatre ma...
Nuits-lumière, mystères en Guillestrois – Pi... Franck, la trentaine, est envoyé dans les Hautes Alpes pour faire des repérages ; il sillonne donc la région pour trouver les lieux d'un prochain tour...
Nous sommes tous morts – Salomon de Izarra Tout le monde n’a pas eu la chance d’avoir un professeur de français nommé Romero. C’est ce qui est arrivé à Salomon de Izarra : il n’y a pas que des ...
Les ombres de Wielstadt – Pierre Pevel Quatrième de couverture :Hiver 1620. Une guerre qui va durer trente ans ravage le Saint Empire romain germanique. Mais le chevalier Kantz, après une m...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot Maillard : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *