Adultes

Même pas mort – Jean-Philippe Jaworski

Même pas mortBellovèse n’est même pas mort… Il aurait pourtant dû trépasser car mortellement blessé lors du terrible assaut de la forteresse d’Uxellodunon, après la traversée nocturne de la profonde Uidunna. Si ces noms aussi inusités que chatoyants ne vous font pas rêver, s’ils ne vous donnent pas envie d’ouvrir une page d’imaginaire originale, alors ce premier tome de la trilogie des Rois du monde vous semblera peut-être difficile. C’est qu’il s’y rencontre des Combogiomar, des Eposognatos, des Eluorix. Nous sommes en effet en terres gauloises, bien avant que les Romains ne leur donnent droit de cité en quelque texte que ce soit.

Et comme la tradition essentiellement orale n’a guère laissé de traces, l’imagination peu s’épanouir à l’envi, entre Histoire et légende.

Ne connaissant quasi rien à l’histoire de la Gaule, j’imagine que les noms (patronymes, toponymes…) sont avérés. Je ne sais mais peu importe car ce qui m’a d’emblée frappée dans le récit de Bellovèse, fils de Sacrovèse, roi des Turons, c’est la magie du verbe. Sur un mode épique, lyrique, parfois incantatoire, ce roi sans royaume conte son histoire, celle d’un prince banni par son oncle, le haut roi Ambigat. Son verbe se fait batailles, courses, rancunes, tripailles et sang versé, beaucoup de sang versé. Car l’époque est sauvage, ces types sont des soudards même si rois, ils n’hésitent pas à sacrifier les plus faibles pour satisfaire les dieux.

Ambitions, rancunes, vengeances et croyances païennes font le monde du prince Bellovèse et de son frère Segovèse. Le lait maternel plein de fiel à l’encontre du haut roi attise les haines qui se transforment en guerres. Ce monde violent nous vaut quelques belles scènes d’assauts, de luttes et de combats. Mais aussi une observation aigüe des forces de la nature : croyances et légendes liées au pouvoir de la terre et de la forêt engendrent des rêves, génèrent des rites de conciliation ou d’exorcisme. D’où l’importance des druides. Ils tiennent leur autorité sur les puissants de leur verbe : ils les ont persuadés de leur pouvoir d’interprétation et de prédiction, sont devenus les intermédiaires entre de malléables humains et un panthéon à eux seuls accessibles. Avant même le dieu unique.

Il n’est guère de place pour un des éléments qui m’a tant réjouie dans Gagner la guerre à savoir l’humour. Et je dois bien dire qu’il m’a manqué. J’ai aussi préféré le raffinement de Ciudalia à ces paillards celtes. Plus que le récit lui-même, c’est bien le ton qui me séduit ici, la force des images et du verbe.

Jean-Philippe Jaworski sur Mes Imaginaires

 

Rois du monde – 1 : Même pas mort, Jean-Philippe Jaworski, Les Moutons électriques (La Bibliothèque voltaïque), 2013, 297 pages, 23€

 

A lire aussi :

Transparences – Ayerdhal On connaît Ayerdhal pour ses romans tournés plutôt vers la socio-politique. Il s'essaie ici au polar mâtiné de SF. Ceux qui ont lu les Futurs Mystères...
Involution – Johan Heliot « Qui a jamais vraiment accepté de se considérer à titre individuel comme un simple incident dans le jeu complexe de l’évolution ? » Pas le genre de q...
Je suis ton ombre – Morgane Caussarieu Choisir d’écrire sur les vampires aujourd’hui relève du défi. Qu’on les choisisse glamours ou horrifiques, ils seront comparés, mesurés, analysés. Je ...
Structura Maxima – Olivier Paquet Jehan ne sera pas Vapeurier, contrairement à ce que la tradition attend de lui. Lors de la cérémonie du Choix, il décide d'intégrer la communauté de...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot Maillard : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

8 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *