Adultes

Monsieur Mozart se réveille – Eva Baronsky

Monsieur Mozart se réveilleL’an passé, avec Il est de retour, nous avons malheureusement assisté au retour de Hitler. Aujourd’hui, c’est encore à un auteur allemand que l’on doit de redonner vie à un homme qui a marqué l’Histoire, bien plus inoffensif celui-là : Wolfgang Amadé Mozart. Oui, Amadé et non Amadeus, il y tient.

Alors qu’il vient juste de passer de vie à trépas en cette terrible nuit de décembre 1791, le voilà qui se réveille avec une belle gueule de bois dans un appartement viennois, entouré de pochards de son espèce. Il est assez déboussolé, ne reconnait rien ni personne, surtout pas ses compagnons de beuverie. Mais enfin, il a sous la main de quoi écrire, alors il se met à terminer son requiem, juste là où il en était avant de ne plus se souvenir de rien. Il lui faut pourtant bientôt quitter cette chambre, cet appartement, pour se retrouver dans la rue, sans toit, sans personne.

Wolfgang rencontre alors Piotr, musicien polonais qui joue dans la rue, parfois dans des clubs. Piotr comprend tout de suite qu’il a affaire à un musicien de génie, compositeur hors pair et s’emploie à lui trouver du travail ; il le prend même chez lui. Mais ce Wolfgang est décidément bien léger, oublieux et tête en l’air. Il pense aux femmes, mais surtout à la musique, tout le temps la musique et en oublie ses rendez-vous. Aider cet hurluberlu est un vrai sacerdoce, d’autant plus qu’il a vraiment l’air à côté de ses pompes…

Comme on peut s’y attendre, la réapparition de Mozart en plein XXIème siècle engendre gaffes et quiproquos qui donnent à ce roman la légèreté d’une comédie. Mozart est un feu-follet qui ne se soucie de rien et s’agite beaucoup, pas forcément pour son bien. Il tombe vite amoureux, se désespère très rapidement pour partir d’un éclat de rire peu après. Peu à peu pourtant, le portrait se fait plus sombre car il n’y a décidément pas de place aujourd’hui pour un homme qui n’est que musique, surtout quand il finit par avouer qu’il est Mozart.

Il ne manque à ce plaisant roman qu’une bande-son : Mozart improvisant sur des accords de jazz, ça mérite certainement le détour !

 

Monsieur Mozart se réveille (Herr Mozart wacht auf, 2009), Eva Baronsky traduite de l’allemand par Nelly Lemaire, Piranha, 2015, 279 pages, 18€

 

A lire aussi :

Sangs – Mika Biermann Mika Biermann doit être une sorte de savant fou. Dans son laboratoire littéraire il expérimente, s'essaie à divers genres en les dévoyant. Si en lisan...
Le jeu de Cuse – Wolfgang Jeschke Andreas Eschbach, Wolfgang Hohlbein et maintenant Wolfgang Jeschke : il semblerait qu'on puisse compter sur les éditions L'Atalante pour nous faire ...
Le Déchronologue – Stéphane Beauverger La seconde tentative fut la bonne : j’ai achevé ma lecture du Déchronologue. Pourquoi un abandon ? Sans doute parce que je suis une lectrice fainéante...
Les déportés du Cambrien – Robert Silverberg... Les Etats-Unis des années 2020 ont trouvé un moyen propre de faire taire définitivement les opposants politiques : les révolutionnaires et autres agit...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot Maillard : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

6 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *