Les Furies de Borås – Anders Fager


Les furies de BorasOn connait particulièrement les auteurs suédois en France depuis quelques années pour la vague de polars qui a fait suite à Millenium. On connait moins leurs littératures de l’Imaginaire qui, à la lecture de ce recueil de nouvelles d’Anders Fager gagnent à être connues. A moins que vous ne soyez sensible à l’horrifique trash et que la putréfaction, le grouillement primordial, le suicide collectif et les rapports SM ne vous rebutent. Parce que oui, Les Furies de Borås regroupent quelques nouvelles plutôt gore, cannibalisme et démembrement inclus.

La violence et le sexe sont des thèmes qui parcourent quasi toutes les nouvelles même si le traitement peut être assez différent. Deux textes sortent du lot : « Le vœu de l’homme brisé » qui raconte au début du XVIIIe siècle l’anéantissement d’une famille de paysans norvégiens par la soldatesque suédoise ; et « L’escalier de service » qui voit la mise en pratique des premières théories psychanalytiques. La première travaille la poésie de la violence, tandis que la seconde manie l’humour.

La quatrième de couverture parle d’ailleurs d’ « humour noir confinant à la jubilation » : c’est quand même un humour tout à fait particulier susceptible de faire grincer quelques dents. Pour ma part, je n’ai ni ri ni grincé des dents, mais j’ai trouvé salutaire de prendre un peu de recul par rapport à l’horreur pour me pencher sur ces textes.

La prose d’Anders Fager entretient des relations plus que privilégiées avec le visqueux, le grouillant, le putréfié. Les nouvelles sont pour certaines liées entre elles et l’un des motifs récurrents est l’existence de créatures ou de puissances supérieures qui soumettent l’être humain et le manipulent. La femme en particulier. Ainsi existe-t-il une fraternité de femmes (?) qui depuis des millénaires se livrent à des cérémonies au fond des bois : bains de sang, amputations, meurtres… on s’amuse entre copines. Anders Fager nous laisse envisager ces entités mystérieuses depuis de multiples points de vue : depuis les faits incompréhensibles (avec un suicide collectif de personnes âgées dans « Un point sur Västerbron »), depuis un enfant manipulé (« Joue avec Liam »), via une des entités elle-même (« Fragment VI ») ou à travers d’un esprit scientifique qui cherche à comprendre (« L’escalier de service »).

Ces nouvelles témoignent d’une sexualité féminine au moins inhabituelle, au pire mortelle. Difficile d’entrer dans les détails, mais on trouve dans Les Furies de Borås des amours piscicoles, des orgasmes mortifères et de très jeunes filles qui ne parviennent pas à trouver des partenaires assez violents pour les satisfaire. La femme est un mystère, dit-on, et là il se concrétise dans une multiplicité de fantasmes qui frôlent le dégoût. Mieux vaut se pencher dessus qu’y plonger.

La quatrième de couverture cite King, Lindqvist et Lovecraft, mais je crois que Fager se suffit très bien à lui-même…

 

Les furies de Borås et autres contes horrifiques (Samlade svenska kulter, 2011), Anders Fager traduit du suédois par Carine Bruy, Mirobole (Horizons pourpres), janvier 2014, 345 pages, 21,50€

 

.
.

Pour recevoir un mail à chaque nouvel article publié :

.

C’est l’histoire d’un petit garçon de sept ans dont le chat se fait écraser par un prospecteur d’opale qui bientôt se suicide dans la Mini familiale, au bout du chemin. Lequel bout du chemin se trouve tout proche de la ferme Hempstock habitée par trois femmes, dont la jeune Lettie,…
Tenter une uchronie sur la révolution castriste était un pari risqué. Fidel Castro a beau être toujours de ce monde, les Soviétiques, la guerre froide, c’est quand même de l’histoire ancienne. Aujourd’hui, on a les Islamistes, qui n’ont pas encore pris par la force un territoire occidental mais allez savoir……

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 commentaires sur “Les Furies de Borås – Anders Fager

  • Lorhkan

    J’en déduis que les rapports SM ne te rebutent pas (c’est toi qui le dit !)… 😀 On en apprend des choses ! ^^

    J’ai entendu vraiment beaucoup de bien à propos de ce recueil, une éventuelle sortie poche pourrait m’aider à franchir le pas… À bon entendeur ! 😉

    • Sandrine Brugot Maillard Auteur de l’article

      J’ai quand même relu ce que j’avais écrit… pour en conclure qu’il y a vraiment des gens qui interprètent très largement ce qu’ils lisent !! Faut-il préciser que les tentacules et le putréfié ne m’attirent pas non plus ?
      Sans blague, j’ai bien failli ne pas aller plus loin que la première nouvelle tellement elle est trash, mais à l’évidence, j’aurais eu tort.

  • Cuné

    Visqueux, grouillant, putréfié, de très bons adjectifs pour décrire le peu que j’ai lu de ce recueil (les 3 premières nouvelles) : aucune envie de continuer, jamais « prise » dans les récits, pas mon truc !

    • Sandrine Brugot Maillard Auteur de l’article

      Je ne suis pas entrée dans cet ouvrage comme dans un bain de jouvence et je comprends tout à fait qu’on ne s’acharne pas à le lire. Cependant, je trouve cette voix vraiment très originale.