Nouvelles

L’alchimiste de Khaim – Paolo Bacigalupi

Alchimiste de KhaimIl faut une bonne dose de confiance pour ouvrir un livre à la couverture aussi moche que celle-là. Même la typo est à fuir. Dès lors, il ne reste plus que Bacigalupi et l’enthousiasme avec lequel il parlait de son livre au dernier festival America.

Le monde est rongé par le roncier, entité végétale se nourrissant de magie. Magie ? Fantasy ? Plutôt conte,  dont la signification est à chercher parmi les préoccupations écologiques de l’auteur. Les hommes se sont habitués à utiliser la magie pour se simplifier la vie, se guérir. Jusqu’au jour où ils ont compris que le roncier nourri de magie était en train de dévorer le monde, de l’étouffer. Dès lors, la magie ne fut plus réservée qu’à quelques Magistères, conseillers haut placés. Chacun cependant reste capable de l’invoquer et donc d’alimenter en douce et illégalement la faim insatiable du roncier meurtrier. Mais chacun n’a-t-il pas une bonne raison d’invoquer la magie ?

Jeoz est l’alchimiste de Khaim. Alchimiste et non pas magicien, au moins officiellement. Depuis des années il cherche à contrecarrer le roncier à l’aide de son balanthast et n’a réussi qu’à détruire périodiquement l’intérieur de son domicile. Mais il n’y a bientôt plus rien à détruire chez lui car réduit à la misère, il vient de vendre son dernier meuble : le lit de sa petit fille. C’est donc à point nommé qu’il découvre enfin une formule alchimique lui permettant de stopper l’avancée du roncier. Il doit se rendre au palais pour en informer le Maire et son Magistère officiel.

Nous avons donc des hommes qui s’emploient à détruire leur habitat. Tout en sachant qu’ils accélèrent leur perte, ils continuent à pratiquer ce qui les soulage à court terme mais les condamne dans la durée. La métaphore est évidente, voire simpliste à moins de s’adresser à des enfants ce que rien n’indique. Paolo Bacigalupi relève donc son propos d’un peu d’éthique qui ramène chacun à ses propres convictions : sont-elles solubles dans l’immédiate nécessité ?

Avoir choisi la forme d’un conte presque enfantin est assez déconcertant et au final pas complètement convaincant.

Paolo Bacigalupi sur Mes Imaginaires

 

L’alchimiste de Khaim (The Alchemist, 2011), Paolo Bacigalupi traduit de l’anglais (américain) par Sara Doke, Au Diable Vauvert, juin 2014, 119 pages, 7€

 

A lire aussi :

Nous avons toujours vécu au château – Shirle... Mary Katherine, dix-huit ans, sa soeur Constance, vingt-huit ans et leur vieil oncle Julian vivent tous trois reclus dans leur vaste demeure. Mary Kat...
Les prédateurs – Whitley Strieber John et Miriam vivent à New York. Ils se sont rencontrés sur les terres ancestrales anglaises du jeune lord deux cents ans auparavant et depuis, c'e...
La forêt des damnés – Carrie Ryan Mary vit enfermée, comme tous ceux de son village, depuis toujours. De l’autre côté du grillage il y a les damnés, ceux qui sont morts et revenus les ...
Faërie – Raymond E. Feist Une famille américaine s'installe dans une ancienne et vaste maison. Après une vie plutôt trépidante (Hollywood, rien de moins pour elle, et des scé...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *