L’inspecteur Zhen et la traite des âmes – Liz Williams


Inspecteur Zhen et la traite des amesZhen Wei est l’inspecteur du 13e commissariat de Singapour 3 chargé du paranormal. On ne le prend pas forcément bien au sérieux, on l’ostracise même à l’occasion. Mais quand une âme est en peine, littéralement en peine, c’est bien sûr lui qu’on vient chercher.

Voilà donc madame Wang inquiète pour l’âme de sa fille Perle qui vient de mourir : elle n’est pas arrivée au paradis. Où est-elle ? L’inspecteur Wei voudrait-il se charger de la retrouver ? Il accepte sans se douter de l’imbroglio dans lequel il met les pieds. Ce n’est pas tant de se rendre en enfer qui lui coûte (il s’y est déjà rendu plusieurs fois) que de voir sa chère femme impliquée dans cette histoire. Car sa douce Inari est en fait une démone en rupture de ban qui a quitté les siens et surtout un fiancé bien répugnant auquel elle était promise depuis des années.

Zhen Wei va devoir faire alliance avec Ju Yirj du bureau du Vice, chargé par le Premier Seigneur des Finances (de l’Enfer bien sûr) de ramener Perle Dang en enfer. L’affaire se complique donc d’un trafic d’âmes humaines, de marchands de sang et d’épidémie massive destinée à en finir avec l’humanité. Ça fait beaucoup de boulot pour l’inspecteur Zhen…

De l’humour, de l’aventure, de la Chine (ou plutôt de la pseudo-Chine…) et du diabolique, voilà de quoi concocter une intrigue efficace et même originale. Dans cet enfer-là, chapelets et chasseurs de démons côtoient emails et bioréseau dans un mélange des époques tout à fait convaincants. On y rencontre même une bouilloire blaireau (ou un blaireau bouilloire, ce n’est pas clair…).

A noter que dans le texte original, l’inspecteur Zhen s’appelle « inspector Chen ». Il est le héros d’une série dont L’inspecteur Zhen et la traite des âmes est le premier volume sur six actuellement parus.

 

L’inspecteur Zhen et la traite des âmes (Snake Agent, 2005) Liz Williams traduite de l’anglais par Arnaud Mousnier-Lompré, L’Atalante, mais 2014, 381 pages, 21€

 

.
.

Pour recevoir un mail à chaque nouvel article publié :

.

A la lecture d’Endgame, on peut se demander jusqu’où ira la littérature jeunesse dans la banalisation de la violence. La violence comme jeu, comme sport. Sans remonter aux calendes grecques, partons de Battle Royale, qui grâce à son humour désamorçait efficacement toute apologie de la violence malgré ses adolescents tueurs…
Le froid, le froid extrême, a déjà fait ses preuves en matière d’angoisse, voire d’horreur. Avec Snowblind, nous sommes plutôt dans le premier registre et comme le dit Stephen King, « ce livre vous glacera les os et le cœur » (on remarquera que King n’est que l’auteur du blurb, mais que…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *