Adultes

Vongozero – Yana Vagner

VongozeroParce que les éditions Mirobole ont décidé de tourner notre regard vers la méconnue littérature slave, au sens large, et encouragée par de nombreux avis positifs, j’ai ouvert Vongozero avec plaisir, voire avec enthousiasme. Hélas, mille fois hélas, je me suis terriblement ennuyée à la lecture de ce roman qui raconte le périple de quelques banlieusards moscovites à la recherche d’un lieu où échapper à l’épidémie mystérieuse qui décime le pays.

Je suis d’abord partie sur une méprise : je croyais qu’il s’agissait d’un roman de zombies. Il a bien fallu me rendre à l’évidence : pas de morts-vivants, les hommes et les femmes touchés par l’épidémie d’on ne sait quoi ne reviennent pas à la vie, sous quelque forme que ce soit.

J’étais cependant prête à vivre l’aventure avec Anna, son fils, son mari Sergueï, l’ex-femme de celui-ci, leur fils, quelques voisins et amis… une grosse dizaine de personnes au total qui décident de fuir les villes en voitures pour rejoindre Vongozero, son lac avec son île au milieu. De l’annonce des premières morts à la fin du périple, quatre cent soixante-dix pages d’une lenteur effrayante. Un petit incident de temps en temps (rencontres avec des autochtones plus ou moins bien intentionnés, plus d’essence, arrêt pipi, dodo…) ne parvient pas à dynamiser la narration, qui se traine sur des routes désespérément blanches, aussi monotone que les paysages.

La narratrice n’a suscité en moi ni émotions ni empathie, son ton est aussi froid que le reste et les quelques tentatives pour l’humaniser sont restées vaines à mes yeux. Yana Vagner écrit l’apocalypse en cours en restant à la surface des personnages. Quels mécanismes de survie prennent le dessus ? Comment ces conditions extrêmes modifient-elles les comportements ? Que deviennent les valeurs traditionnelles en cas de crise majeure ? Je n’ai rien lu ici sur le sujet qui se cantonne à une description matérielle du pays vue par l’œil d’une seule protagoniste. Les interactions entre les personnages, peut-être parce qu’ils sont trop nombreux, demeurent superficielles : on ne sait rien de ce qui agite les uns et les autres, et les atermoiements de la narratrice ont eu raison de mon intérêt.

 

Vongozero (Vongozero, 2011) de Yana Vagner traduite du russe par Raphaëlle Pache, Mirobole Editions, septembre 2014, 470 pages, 22€

 

A lire aussi :

Ceux qui n’oublient pas – Clément Bouh... Ceux qui n'oublient pas, premier tome d'un dyptique intitulé Chaos, s'ouvre sur l'acte dont les conséquences nous seront contées sur 450 pages. Une fe...
La forêt d’Iscambe – Christian Charriè... Dans une France post apocalyptique, les habitants de la vallée d'Emeraude vivent à peu près heureux à l'orée de la forêt d'Iscambe. Les restes de la...
Le soupir de l’immortel – Antoine Buén... Antoine Buéno veut écrire un livre ambitieux. Antoine Buéno veut secouer son lecteur. Il commence donc son roman part un premier chapitre hyper viol...
L’autre ville – Michal Ajvaz Amis de l'étrange et du bizarre, L'Autre ville est fait pour vous. Le narrateur ayant découvert un livre aux caractères typographiques inconnus est pe...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot Maillard : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

19 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *