Nouvelles

La main tendue – Poul Anderson

La main tendueValka Vahiro, représentant de Cundaloa et Skorrogan, venu de Skontar se présentent auprès de la Confédération de Sol, centre du système solien servant de modèle à toute la galaxie. Il s’agit de discuter de l’aide que les Terriens se proposent d’offrir aux deux peuples qui hier encore se faisaient la guerre et sont aujourd’hui réduits à la misère. Assistance économique, atomique, médicale… l’empire solien est généreux et avoue qu’il a besoin d’économies prospères partout dans la galaxie afin de pouvoir commercer, trouver des débouchés à ses produits.

L’affable Valka Vahiro fait excellente impression, mais le rustre Skorrogan fait preuve de tant d’arrogance et d’impolitesse que les Terriens décident de refuser leur aide à son peuple. A son retour, ce dernier est ostracisé pour son incompétence : il a trahi la confiance de son peuple qui ne pourra pas prospérer et doit payer cette faute de son rang. Cinquante ans plus tard, Skorrogan est fier d’avoir tenu tête à l’empire solien : Cundaloa est certes prospère mais son peuple a perdu son identité culturelle et religieuse au profit de du modèle unique solien.

La main tendue, nouvelle de Poul Anderson est une démonstration par les faits de l’impérialisme économique ouvrant sur l’impérialisme culturel. Quand il rédige cette nouvelle en 1950, il est question de plan Marshall qui doit aider l’Europe à se reconstruire après la Seconde Guerre mondiale. A quel prix ? telle est la question. La « nécessité de la civilisation moderne » passe-t-elle par l’abandon de traditions ancestrales, de cultures uniques, de croyances qui ont fondé des civilisations ?

Ces interrogations sont bien sûr toujours d’actualité puisque que la culture américaine a conquis le monde entier. Nous avons sacrifié ce qui faisait notre identité, notre passé sur l’autel de l’économie et du marché. Du passé ne reste plus que le clinquant pour alimenter le filon touristique : l’uniformisation culturelle est venue à bout des particularismes. Ce Poul Anderson était un visionnaire…

Le Passager clandestin qui depuis quelques mois à travers la collection « Dyschroniques » « exhume des nouvelles de science-fiction ou d’anticipation, empruntées aux grands noms comme aux petits maîtres du genre » est en difficulté. N’hésitez pas à vous rendre sur le site et à vous offrir quelques-uns de ces petits textes dans leurs nouveaux habits.

Poul Anderson sur Mes Imaginaires

 

La main tendue (The Helping Hand, 1950), Poul Anderson traduit par Maxime Barrière, Le Passager clandestin (Dyschroniques), février 2014, 71 pages, 6€

A lire aussi :

A comme aujourd’hui – David Levithan Dans le roman de David Levithan, A se réveille chaque matin dans le corps d’une personne différente. Toujours âgé de seize ans, il est tantôt fille, t...
Les faucheurs sont les anges – Alden Bell Pas d’anges dans Les faucheurs sont les anges, contrairement à ce que le titre pourrait laisser croire, mais une Amérique post apocalyptique et des zo...
L’historienne et Drakula – Elizabeth K... À mon avis, on n'a jamais revisité le mythe de Dracula de façon aussi originale. Ce livre qui, paraît-il a battu aux Etats-Unis tous les records de ve...
Le sot de l’ange – Christopher Moore Absurde, cocasse, délirant : aucun de ces adjectifs n'est de trop pour qualifier ce roman de Christopher Moore. Nous voilà à Pine Cove, petite bourgad...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

3 Comments

  • Lorhkan

    Thématique intéressante, c’est vrai.
    Poul Anderson fait partie des auteurs sur lesquels j’ai envie de me pencher (car je ne connais pas du tout). Peut-être avec cette novella, si ça peut aider l’éditeur ? 😉

    • Sandrine Brugot Maillard

      Il va falloir faire vite pour Le Passager clandestin, je crois bien que ça urge… Malheureusement, beaucoup de maison d’édition sont vraiment en difficulté, les petites, les exigeantes. On vient aussi d’apprendre que les excellentes éditions 13e Note cessaient leurs parutions : c’est bien dommage pour la littérature et je ne doute pas que les lecteurs se mobiliseront, mais est-ce que ce sera suffisant ?

      • Lorhkan

        J’ai vu ça pour 13ème note en effet.
        C’est comme pour tout média : ceux qui font du mainstream, qui marche mais sans forcément de grandes prétentions artistiques, sont relativement à l’abri de la tourmente.
        Pour ceux qui ont des vues plus ambitieuses artistiquement, en revanche…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *