Jeunesse

14-14 – Silène Edgar et Paul Beorn

14-14En cette année de commémoration du centenaire de la Première Guerre mondiale, de nombreux romans sont publiés. Dans le cadre de formations, j’ai beaucoup lu sur le sujet et il faut avouer que les auteurs font en sorte d’en explorer bien des aspects depuis les points de vue les plus divers. 14-14 de Silène Edgar et Paul Beorn est certainement un des plus originaux puisque grâce à la fiction et à l’imagination, ils rendent possible une correspondance entre deux jeunes garçons à cent ans d’écart.

Adrien d’abord. Il a treize ans, vit en 2014 et est très amoureux de Marion, son amie d’enfance. En ce premier janvier, il est bien décidé à lui avouer son amour. Mais voilà que c’est elle qui lui avoue le sien. Pour un certain Franck. Tout commence donc très mal et les résultats scolaires d’Adrien vont s’en ressentir.

Hadrien ensuite, même âge mais en 1914. Lui sait déjà qu’il veut faire de Simone sa femme. Il travaille dur à l’école car il voudrait réussir le certificat. Mais il y a beaucoup de travail chez lui, et son père ne veut pas entendre parler d’études ni même de bourse : Hadrien reprendra la ferme. Mais voilà que le petit frère de Simone tombe malade et à Corbeny en 1914, il n’y a pas de médicaments pour le soigner.

C’est grâce à une mystérieuse boîte aux lettres bleue que les deux jeunes garçons vont entrer en contact, se croyant d’abord cousins. Ils sont censés vivre à vingt kilomètres l’un de l’autre et ne pas bien s’aimer. Mais cette correspondance les rapproche car ils se rendent vite compte qu’ils ont les mêmes préoccupations : l’école, les filles, les parents… pourtant bientôt, certaines choses clochent : Hadrien ne semble pas savoir ce que sont des baskets, des antibiotiques, il n’a ni téléphone ni adresse mail

Ce qu’ignorent Hadrien et Adrien, le lecteur lui le sait : ils vivent à cent ans de distance. Ce qui va donc soutenir l’attention du lecteur repose plus sur le quotidien des jeunes gens, sur l’évolution de leur relation. Silène Edgar et Paul Beorn se soucient de décrire l’environnement d’Hadrien pour que le jeune lecteur découvre le quotidien d’un adolescent à la veille de la guerre et pour qu’il y trouve des points communs. Le parallèle entre les deux années souligne aussi les changements : Hadrien est très respectueux de ses parents et de son instituteur, il mesure à quel point l’école est une chance pour lui.

D’un point de vue romanesque,  le suspens repose sur plusieurs lignes d’intrigues : Adrien va-t-il réussir à sauver Hadrien de la guerre ? Va-t-il le convaincre de quitter Corbeny (qui se trouve sur le Chemin des Dames) et la Picardie qui seront sous peu envahis et détruits par les Allemands ? Et une fois persuadé que son « cousin » lui écrit bien du futur, Hadrien réussira-t-il à convaincre les siens qu’il faut partir ? L’aspect sentimental est aussi important puisqu’il reste au centre des préoccupations d’Adrien : va-t-il se déclarer à Marion ? Gâchera-t-il définitivement son année scolaire ?

Chemin des Dames - Corbeny
Chemin des Dames – Corbeny

14-14 allie donc fiction et Histoire dans un but aussi pédagogique que divertissant. Le style simple à lire, la narration dynamisée par les allers-retours et la réussite des portraits croisés qui rendent les deux héros familiers sont autant d’atouts qui facilitent la lecture.

Paul Beorn et Silène Edgar sur Mes Imaginaires

 

14-14, Silène Edgar et Paul Beorn, Castelmore, avril 2014, 350 pages, 10.90€

A lire aussi :

Frontiers / 1 – Christophe Wild Voici le premier volume d’une série intitulée Frontiers et sous-titrée Les chroniques des agents du B.A.D., à savoir Before Alien Destruction, un orga...
Malhorne / 1 – Jérôme Camut 2010 : au fin fond de la forêt amazonienne, l'équipe du professeur Adamov découvre la gigantesque statue d'un homme. Bientôt contacté par la mystérieu...
La nuit du minotaure – Paul Halter Comme vous le savez certainement, nous vivons au milieu de monstres tous plus repoussants les uns que les autres : vampires, loups-garous, golem, Lévi...
Le club des punks contre l’apocalypse zombie... Rassurez-vous, le bouquin est aussi barré qu'il en a l'air. Quelques éclairs de lucidité ici et là mais dans l'ensemble, le trip est bien chargé et po...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

6 Comments

    • Sandrine Brugot Maillard

      Je trouve que les deux auteurs ont trouvé une façon vraiment originale d’aborder un sujet beaucoup traité en ce moment. Ça n’était pas gagné…

    • Sandrine Brugot Maillard

      Je le pense aussi, c’est une bonne façon d’aborder un sujet aussi difficile que la guerre. Et surtout, les auteurs ont réussi à ne pas être didactiques : le plaisir de lecture d’abord.

  • Acr0

    Oh dis donc, tu sembles ravie de ta lecture 🙂 J’ai entendu parler de ce livre, mais j’avais du mal à savoir si l’engouement qu’il suscitait était dû à un plausible effet de mode ou s’il le méritait entièrement. Merci !

    • Sandrine Brugot Maillard

      ça n’est pas par hasard s’il sort aujourd’hui, certainement. Mais sous la plume de Silène Edgar et Paul Beorn, l’exercice devient un plaisir et l’Histoire devient plus proche et compréhensible pour le jeune lecteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *