Adultes

Le cauchemar de Winston – Bernard du Boucheron

le cauchemar de winstonDe Philip K. Dick à Robert Harris, on a déjà lu plusieurs romans uchroniques sur la Seconde Guerre mondiale. Dans Le cauchemar de Winston de Bernard du Boucheron, les Allemands ont gagné la guerre, bien que gagné soit un grand mot. Disons que la signature en août 1941 d’un traité d’amitié perpétuelle entre le Reich et l’URSS a permis au Conducteur d’envahir presque tranquillement l’Europe jusqu’aux Pyrénées, Angleterre non comprise. Et ces satanés Anglais, alliés des Américains, bombardent les côtes françaises et l’Allemagne sans répit. Enfin jusqu’à la signature de la paix de Pantin en 1947.

C’est donc à un portrait de la France occupée que se livre Bernard du Boucheron dans Le cauchemar de Winston. A travers les yeux d’un « candide », journaliste albanais, il dépeint la débrouille, la lâcheté et la mise en berne des grands principes qui ont fait la France, comme on dit. Tout ça est assez attendu, mais l’auteur manie le sarcasme et l’ironie avec bonheur aux dépends de ses concitoyens, ce qui rend la lecture agréable.

Certains portraits sont saignants bien que conventionnels, comme celui de Pétain. Celui de l’Ambigu l’est aussi, bien que l’auteur ne nous dévoile jamais qui se cache derrière cet homme politique qui sait manier le chaud et le froid et se construire une carrière. On ne tarde pas à reconnaître François Mitterrand, celui de la Seconde Guerre mondiale, avec les grandes dents…

Dommage que Le cauchemar de Winston ne soit au final que le portrait de la collaboration généralisée. Il manque une intrigue à ce roman, un fil conducteur que le journaliste albanais aurait très bien pu tenir. On le lira donc pour la vaste connaissance de Bernard du Boucheron de la France occupée, de son regard acide sur les petites ignominies et grandes compromissions. Le décor est bien là, dommage qu’il y manque l’ambition romanesque.

 

Le cauchemar de Winston, Bernard du Boucheron, Le Rocher (Littérature), mars 2014, 189 pages, 17€

A lire aussi :

Résistance – Owen Sheers Non, malgré ce que cette bucolique couverture pourrait laisser penser, Mes Imaginaires ne s'ouvrent pas au roman du terroir... : il s'agit bien là d'u...
La poupée sanglante – Gaston Leroux Célèbre feuilletoniste du 19ème siècle, Gaston Leroux est surtout connu pour ses personnages de Chéri-Bibi et Rouletabille. Les éditions de L'Aube dan...
Concerto pour l’Abattoir – Gil Graff "Concerto pour l'Abattoir est un roman bouleversant, dont les personnages vibrent longtemps après qu'on en a tourné la dernière page", affirme la 4ème...
Panthéon – Adam, Convard et Han Un terrible ratage que cette bande dessinée qui m’a agacée de bout en bout. En raison de la montée des eaux, l’humanité a été contrainte de quitter...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *