Jeunesse

Cent Visages – Thomas Geha

Cent VisagesGregor, réfrac de quinze ans, vit dans un ghetto à l’instar de tous ceux qui ont refusé la biométrie. Pour s’en sortir, lui et ses semblables doivent être au moins débrouillards, au pire hors-la-loi. Et courir vite. Quand débute Cent Visages de Thomas Geha, Gregor est sur le point de faire main basse sur quelques réserves, mais le plan tourne mal : blouse blanche, homme masqué, cobayes humains… et quelqu’un lui injecte un produit par voie intraveineuse.

Tout au long du roman, Gregor ne va pas arrêter de courir, de fuir devant Cent Visages, Interpol et les hommes du président : tous veulent mettre la main sur le jeune garçon qui doit quitter son ghetto et sa mère adoptive. En train, en voiture, en avion et même en sous-marin, Gregor échappe à ses poursuivants. Mais en qui peut-il avoir confiance ? Le lieutenant Koudelc, surgie de nulle part, lui veut-elle du bien ou agit-elle pour une cause terroriste ?

Gregor, aussi jeune soit-il, comprend que s’opposer à un gouvernement autoritaire en refusant ses tests d’identité est une chose, mais que pratiquer le terrorisme en est une autre.

Avec Cent Visages, Thomas Geha ressuscite une ambiance digne des grands héros populaires. On peut voir dans ce mystérieux personnage masqué un épigone de Belphégor qui aurait été biberonné par un Ian Flemming contemporain. D’où le rythme effréné, les rebondissements, quelques facilités de scénario et une multitude de gadgets bien pratiques pour échapper à ses poursuivants..

A conseiller aux lecteurs qui aiment les romans d’action.

 

Cent Visages, Thomas Geha, Rageot (Thriller), avril 2014, 219 pages, 9.90€

 

A lire aussi :

L’origine du mal – Gilles Haumont J’aime bien lire des premiers romans. Encore plus des premiers romans d’anticipation publiés chez des éditeurs non spécialisés comme c’est le cas ici....
Porteurs d’âmes – Pierre Bordage Léonie, vingt ans, originaire du Libéria, clandestine en France, prostituée par sa tante depuis l'âge de huit ans. Cyrian, fils de riches, étudiant à ...
La démone des batailles – Jean-Marc Ligny Plusieurs solutions pour faire lire les ados : s'engouffrer dans la veine Harry Potter et publier des sagas et autres trilogies en cinq tomes, ou donn...
Les racines du mal – Maurice G. Dantec Entrée immédiate dans le monde des tueurs en série : âmes sensibles s'abstenir. Dès les premières pages de ce pavé, Maurice Dantec entraîne son lect...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

3 Comments

  • Cachou

    J’ai lu quelques livres de cette collection. Si je les ai trouvés amusants la plupart du temps, je dois avouer qu’après en avoir parcouru 3-4, je n’ai plus trop envie de me plonger dedans. Mais une chose m’intrigue: j’ai l’impression d’y croiser plein d’auteurs connus par blogs ou dans les forums que je fréquente, comme si le petit coin de SF que je connais et côtoie de loin s’était donné RDV dans cette collection. Ca me perturbe…

    • Sandrine Brugot Maillard

      je n’ai pas bien compris la question : tu te demandes pourquoi de nombreux auteurs français, par ailleurs forumeurs publient dans cette collection , c’est ça ? Qu’y-a-t-il de perturbant ?

  • Cachou

    Non, c’est plus une question rhétorique qu’autre chose, je trouve ça à la fois amusant et perturbant de retrouver dans cette collection les auteurs dont/que j’entends souvent parler dans l’infime petite portion de web que je fréquente (y manque encore desThomas Day et Jeanne-a Debats avec des couvertures d’Aurélien Police et ce sera ça ^_^). Comme une coïncidence qui semble ne pas en être une quand c’en est forcément une.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *