Les déconnectés – Neal Shusterman


Les déconnectésOn retrouve dans Les déconnectés les personnages sortis indemnes du tome précédent, Les fragmentés. Encore que. Risa est désormais paralysée suite à l’explosion du camp de collecte dans lequel elle était enfermée avant d’être fragmentée. Connor passe pour mort, mais il est bien vivant et dirige le Cimetière, lieu de vie des fragmentés en fuite, qu’il appelle les déconnectés. Bien vivant mais avec le bras de Roland, qui n’a pas échappé à la fragmentation. Lev quand à lui est devenu un claqueur : il a rendu son sang potentiellement explosif pour se faire terroriste.

Nos trois héros vont se trouver confrontés à des situations qui mettront à mal leurs résolutions. Chacun est en théorie sûr de ses choix, mais les événements hors du commun qu’ils sont amenés à vivre  les amèneront à réfléchir.

Risa par exemple est absolument déterminée : bien que contrainte à vivre désormais en fauteuil roulant, il est hors de question pour elle de faire appel à une greffe de colonne venue d’un fragmenté. Elle ne veut en aucun cas se rendre complice de cette pratique qu’elle combat. Choix courageux, qui l’accule à ses convictions. Pourtant, tout va changer quand elle va être arrêtée par la police puis enfermée par un groupe de scientifiques mené par les Citoyens proactifs. Elle ne le sait pas au départ, à l’inverse du lecteur, mais Cam est tombé amoureux d’elle en voyant par hasard sa photo. Cam ? Un être hybride, unique, pur produit de la fragmentation :

Tes jambes appartenaient à un excellent coureur et ton cœur à un garçon qui aurait pu devenir nageur olympique s’il n’avait pas été fragmenté. Tes bras et tes épaules proviennent du meilleur joueur de base-ball jamais vu dans les camps de collecte. […]Ton lobe frontal gauche contient les connaissances analytiques et informatiques de sept jeunes génies des sciences. Ton lobe frontal droit regroupe l’essence créative d’une dizaine de poètes, artistes et musiciens. Ton lobe occipital contient des faisceaux de neurones d’un nombre incalculable de fragmentés, chargés de souvenirs visuels, et ton centre du langage est une plaque tournante internationale des neuf langues, qui attendent d’être réveillées.

Neal Shusterman dynamise son récit grâce aux points de vue alternés entre les divers personnages. Le lecteur passe de l’un à l’autre rapidement, sans cesse désirant retrouver celui qu’il vient de laisser. Connor, Risa et Lev sont plongés dans des situations difficiles, bien au-delà de leur propre avenir puisque c’est toute la société qui s’interroge et légifère pour ou contre la fragmentation, comme nous le rappelle des spots publicitaires insérés çà et là. L’ambiance est d’ailleurs plus que tendue au Cimetière puisqu’un certain Rufus, chef de file des refusés, entend bien prendre la place de Connor, de force s’il le faut.

Le rythme quasi trépidant du roman n’empêche pas Neal Shusterman de nous faire réfléchir sur le progrès scientifique : à quel prix sommes-nous prêts à rester en bonne santé longtemps ? Sur la société aussi : y a-t-il des citoyens moins importants que d’autres ? Peut-on légalement en disposer comme d’un objet ?

Suite et fin au prochain volume.

 

Neal Shusterman sur Mes Imaginaires

Les déconnectés (Unwholly, 2012), Neal Shusterman traduit de l’anglais (américain) par Raphaëlle Vigneron, Le Masque (Msk), septembre 2013, 502 pages, 17€

.
.

Pour recevoir un mail à chaque nouvel article publié :

.

Le 1er février dernier, mes camarades du Grand Prix de l'Imaginaire et moi-même nous sommes réunis à la brasserie L'Européen (Paris 12e). Nous vous proposons aujourd'hui la sélection GPI 2014 (parmi les parutions 2013). Suivront les nominés puis les lauréats, qui se verront récompensés lors du prochain festival Etonnants Voyageurs…
Loïc Le Borgne se faisait attendre par ceux qui avaient particulièrement aimé Je suis ta nuit. J’en étais, j’en suis. A la lecture de ce roman pour adolescents, on sentait un potentiel noir et puissant dans cette écriture et ce roman qui pour être générationnel n’en était pas moins terriblement…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “Les déconnectés – Neal Shusterman