Jeunesse

Animale la malédiction de Boucle d’Or – Victor Dixen

Animale-la-malédiction-de-boucleQui était donc cette Boucle d’or, celle qui un jour entra sans gêne dans la maison des trois ours, toucha à tout puis s’endormit avant d’être surprise par le retour des légitimes propriétaires ? Parce qu’on n’en sait rien, parce que comme souvent avec les contes, cette histoire est pleine de trous, Victor Dixen dans Animale la malédiction de Boucle d’Or nous donne sa version à lui, bien ravaudée.

1832. Blonde est une jeune fille de seize ans qui n’a jamais rien connu d’autre que la réclusion du couvent de Sainte-Ursule, dans les Vosges. Orpheline, elle a été placée à vie dans cette institution où d’autres demoiselles passent quelques années pour parfaire leur éducation avant de se marier. Mais voilà qu’un jour, un homme parvient à s’introduire dans le couvent et à lui faire passer un dossier qu’il l’implore de lire. Blonde y lit le récit par un ancien commissaire de la disparition d’une certaine Gabrielle de Brances quelques dix-sept années auparavant. Comme on le devine, Blonde s’avère être la fille de cette Gabrielle disparue ; comme elle, ses cheveux sont d’or. La jeune fille découvre alors ses origines, qu’on lui a toujours cachées, ainsi que le nom de son père. Elle décide de s’échapper du couvent pour aller le trouver.

Blonde est donc brusquement confrontée à un problème identitaire de taille. Le plus dur reste cependant à venir. Car Blonde se rend compte que sous le coup de la colère, elle voit rouge. Littéralement. Elle est comme submergée par ses sentiments, à tel point qu’elle ne se souvient plus de ce qu’elle a fait une fois la crise passée. Or, elle se livre à des actes très violents…

Un autre sentiment nouveau fait par ailleurs son chemin en elle : la jeune fille tombe amoureuse du jeune apprenti sculpteur venu avec son maître rénover la statue de sainte Ursule.

C’est assez dire si Animale la malédiction de Boucle d’Or est un roman de transition et d’initiation. En creux, Blonde reproduit les mêmes schémas que sa mère quelques années plus tôt : au moment d’entrer dans l’âge adulte, de faire des choix décisifs, entre autres celui d’une sexualité, les deux jeunes filles sont saisies par l’animalité. Dominées par leurs pulsions, elles ne se contrôlent plus et se laissent submerger. L’ours figure très bien la tentation et ces instincts sexuels primaires exacerbés puisque, se tenant sur ses deux pattes, il est l’animal le plus semblable à l’homme. Il incarne si bien la virilité que l’homme (le masculin) n’a eu de cesse de le chasser (on sait au moins depuis le Moyen Age et Jean de l’Ours que dans l’imaginaire populaire, femme et ours peuvent donner naissance à des enfants).

Ce thème de la sexualité animale ouvre tout naturellement la voie à un thème proche, celui de la Belle et la Bête, façon la Belle est la bête : la jeune fille va devoir maîtriser ses instincts pour avoir accès à la sexualité et devenir femme. On peut y lire aussi le thème de la faute et du rachat : la fille paye pour les erreurs de sa mère.

On le voit, Animale la malédiction de Boucle d’Or peut se lire à plusieurs niveaux, ce qui en fait la richesse. C’est bien sûr aussi un roman d’initiation et d’amour, que les jeunes lecteurs pourront lire en suivant les nombreux rebondissements qui en font un roman d’aventure à suspens.

J’apprécie particulièrement ce que je nommerais l’audace de l’auteur : il n’hésite pas à employer un vaste vocabulaire et surtout il fait référence à des événements historiques (le retour de Napoléon) et à des écrivains (Chateaubriand) certainement méconnus du public-cible. J’aime les auteurs qui ne choisissent pas la facilité et parviennent à rendre accessibles et même divertissants des éléments a priori difficiles.

Victor Dixen sur Mes Imaginaires

 

Animale la malédiction de Boucle d’Or, Victor Dixen, Gallimard Jeunesse, août 2013, 436 pages, 17.90€

 

A lire aussi :

La fille aux cheveux rouges – Marie-Lorna Va... Il s'appelle Pythagore Luchon, et sa mère est bien entendu prof de math. Son père était chercheur et s'il l'est toujours, il est aussi plongé dans le ...
14-14 – Silène Edgar et Paul Beorn En cette année de commémoration du centenaire de la Première Guerre mondiale, de nombreux romans sont publiés. Dans le cadre de formations, j’ai beauc...
L’assassin de Dieu – Pierre Pelot Voici regroupées ici quelques nouvelles de Pierre Pelot, qui nous a plutôt habitués à des romans. Saluons donc l'heureuse initiative qui nous permet...
Mjöllnir / 1 – Peru & Goux Mjöllnir devraient combler les amateurs de mythologie nordique. Pour les jeux et le bon plaisir du seigneur Hakonn, les Midgards capturent des nains e...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *