Jeunesse

Le fantôme de Dublin – Olivier Larizza

Le fantôme de DublinContre mauvaise fortune bon cœur, Gustave Faust, treize ans, rejoint son oncle Edmons Ginole pour trois semaines de vacances en Irlande. Le manoir, délabré à souhait, abrite un excentrique solitaire et son valet Watson. Au demeurant sympathique, tonton lui fait l’historique des lieux et lui raconte l’histoire du comte de Strasbourg, ancien propriétaire dont le tableau inquiétant frappe d’emblée le rare visiteur (et fait une belle couverture au roman). Ledit comte aurait épousé au XVIIIe siècle une ravissante jeune fille emportée trop tôt. Il a alors tout fait pour la ramener à la vie, y compris invoquer les arts obscurs. Aujourd’hui, le manoir est hanté.

Le jeune Gustave, qui maudit son prénom, s’étonne bientôt de la conduite de son oncle et cherche à en savoir plus par lui-même sur le manoir et ses propriétaires successifs. Il fouille un peu partout, découvre un très étrange caisson dans la cave, épie le maître et son valet, se rend à la bibliothèque. Puis rencontre un certain scientifique qui va lui en apprendre beaucoup sur le passé et les agissements de son oncle.

Du fantôme au savant fou il n’y a qu’un pas qu’Olivier Larizza franchit dans Le fantôme de Dublin, bien sympathique roman. Utilisant le motif habituel de l’adolescent débrouillard (et finalement très doué pour l’anglais, de surcroit l’irlandais), il permet facilement au jeune lecteur de suivre une rocambolesque aventure de château hanté. Quelques raccourcis dans l’intrigue ne nuisent pas à l’ensemble qui reste cohérent et dynamique. Le mystère fonctionne bien aussi puisque le lecteur s’interroge sur les intentions et les secrets du mystérieux tonton.

L’amateur repèrera avec plaisir les multiples clins d’œil à la littérature fantastique, dont certains identifiables même par le jeune lecteur puisque le narrateur se nomme Faust et qu’on voit par exemple apparaitre un agent immobilier nommé « Vlad quelque chose » et doté d’un accent slave. Le jargon savant à consonance burlesque (la zététique) et les outils scientifiques improbables (le spirulofisseur) ajoutent une touche humoristique bienvenue.

Le site d’Olivier Larizza

 

Le fantôme de Dublin, Olivier Larizza, Oskar, septembre 2013,215 pages, 13.95€

 

A lire aussi :

Les effets du hasard – Marie Leymarie Maïa, quinze ans : jolie, intelligente, bonne élève. Ses parents sont satisfaits : ils auraient bien sûr pu faire mieux qu'un QI de 117, mais c'était ...
14-14 – Silène Edgar et Paul Beorn En cette année de commémoration du centenaire de la Première Guerre mondiale, de nombreux romans sont publiés. Dans le cadre de formations, j’ai beauc...
Le soleil va mourir – Christian Grenier 2313 : la Terre compte vingt milliards d'habitants. Pour agrandir l'espace vital, les hommes ont réussi à éloigner Vénus du Soleil (grâce à la coord...
Douze ans sept mois et onze jours – Lorris M... Un père, un vrai, ça aime le baseball, ça a une grosse voiture rouge et un fils. Son fils lui doit aimer le baseball et s'appliquer à devenir un homme...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot Maillard : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

3 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *