Le jeune Lovecraft – Oliver & Torres


Le jeune Lovecraft couvertureDe Lovecraft on peut écrire la vie, ou la fantasmer. C’est ce que les Espagnols José Oliver et Bartolo Torres ont fait en choisissant d’imaginer la vie qu’aurait pu mener le jeune Lovecraft. L’humour domine au détriment de la biographie pour le plaisir du lecteur qui suit un petit Howie plus vrai que nature.

José Oliver et Bartolo Torres accumulent avec joie tous les clichés sur l’enfance de ce génie, et au besoin inventent même quelques situations qui les arrangent : pourquoi ne pas le doter d’une goule qui ferait office d’animal domestique pas tout à fait aux normes et un peu vorace ? Ça plus la solitude, la neurasthénie, les moqueries et un terrible sentiment d’inadéquation. Sans oublier bien sûr les invocations à divers dieux ou créatures bien connus des amateurs, ou mieux, totalement inventés mais tout à fait dans l’esprit du solitaire de Providence : les byakhee (ici byakee) si pratiques pour voyager rapidement ou Rammenoth, le seigneur du temps et de l’espace, qui ne sort indemne d’aucune invocation.

Le jeune Lovecraft

Le jeune Lovecraft se présente sous format à l’italienne mettant en scène des successions de gags ou de scènes de vie (une compilation de divers strips publiés d’abord sur un blog, El Joven Lovecraft). On y découvre qu’il ne fut pas si solitaire que ça puisqu’il tissa des liens d’amitié avec la charmante Siouxie, pétillante et bavarde, son exact contraire. Qu’il fut très jeune en contact avec des êtres surnaturels et gluants. On y lit également les premiers essais d’écrivain d’un jeune garçon prometteur qui réécrit à sa façon les grands classiques de la littérature mondiale.

Dracula 001

José Oliver et Bartolo Torres mêlent avec bonheur l’avéré et le plausible en laissant la porte grande ouverte à l’interprétation a posteriori et surtout à l’humour noir. Lovecraft ayant lui-même de fortes tendances à l’accumulation, la répétition, l’exagération qui finissent par provoquer le rire, rien ici n’est en décalage avec l’esprit du maître : c’est drôle comme du Lovecraft !

Les dix-sept dernières pages sont dues à des auteurs invités qui nous font partager leur vision du jeune Lovecraft : excellents bonus qui permettent de découvrir des illustrateurs espagnols comme Jaume Balaguer, Meritxell Ribas Puigmal ou Sergi Bleda.

.

Le jeune Lovecraft (El joven Lovecraft, 2007), José Olivier & Bartolo Torres, Diábolo Editions, mai 2013, 103 pages, 14.90€

 

.
.

Pour recevoir un mail à chaque nouvel article publié :

.

Au début de American Gothic, on y croit. Un Charles Perrault moderne et américain qui aurait compilé la tradition orale de son pays dans la première moitié du XXe siècle et rencontré ainsi le succès, ça se tient. Et bien sûr, on s’en veut d’être aussi ignorant : Mother Goose, les…
La romance est un genre qui fonctionne bien depuis déjà quelques années. En matière de littératures de l’Imaginaire, le succès de Twilight a ouvert la voie à nombre d’histoires d’amour entre vampires et mortelles. On a eu la version zombie avec Vivants. Dans La 5e Vague, c’est au tour des…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *