Jeunesse

C.H.A.R.L.Ex – Danielle Martinigol

MartinigolCyber Humaine Améliorée pour Résister dans des Lieux Extraterrestres, ou plutôt C.H.A.R.L.Ex est envoyée sur Terhys par la Confédération des Soixante Mondes. Cette planète, jumelle de la terre compte dix millions de colons, descendants de ceux qui ont fui pollution et surpopulation. A quatre-vingt-une années-lumière de chez elle, la jeune fille-machine doit découvrir pourquoi les Terhydiens ont fait sécession deux ans auparavant, coupant tout contact avec la Confédération. Âgée de quinze ans, elle est le « modèle parfait de cyber-femelle ». Elle est accompagnée de deux autres produits de l’ingénierie génétique : Colas, qui a l’apparence d’un petit garçon de neuf ans et Auxy qui ressemble à un chien ; ce sont des nanêtres.

Charlex a un but qu’on lui a implanté dans le cerveau, mais elle l’a en partie oublié car elle a été tuée dans la capsule de survie qui l’amenait sur Terhys. Aussitôt ramenée à la vie grâce à son kit médical, elle n’en a pas moins perdu la mémoire. Est-ce à cet incident qu’elle doit de trop s’intéresser au sort des habitants qu’elle rencontre ? Elle comprend que les Terhydiens sont pauvres, ruinés par la prolifération d’une herbe aux épis rouges qui a empoisonné les régions agricoles. Or, c’est une semence génétiquement modifiée imposée par la Confédération qui est à l’origine de ce désastre écologique.

A l’évidence, la jeune fille compatit bien trop aux malheurs de la population, tout comme elle réagit trop violemment à la présence de Sesto, cyborg comme elle, envoyé comme elle par la Confédération : dans quel but ? La surveiller ? La tuer ?

Danielle Martinigol privilégie l’action dans laquelle elle plonge son lecteur dès les premières pages. Elle n’en néglige pas moins la réflexion à travers des thèmes efficacement abordés : l’homme modifié, la terraformation, l’écologie… L’humain est le sujet dominant, grâce à une héroïne qui à travers la compassion, l’amitié, l’amour fait preuve d’humanité montrant que le conditionnement ne saurait prévaloir sur la nature. Un être humain parfaitement modifié n’est pas concevable car tant qu’il reste en lui une part d’humanité, celle-ci l’emportera.

Danielle Martinigol sur Mes Imaginaires

.

C.H.A.R.L.Ex, Danielle Martinigol, Syros (Soon n°16), mai 2013, 265 pages, 15.50€

A lire aussi :

La fille aux cheveux rouges – Marie-Lorna Va... Il s'appelle Pythagore Luchon, et sa mère est bien entendu prof de math. Son père était chercheur et s'il l'est toujours, il est aussi plongé dans le ...
Omale – Laurent Genefort Amees est Hodgqin ; Hanlorfaïr et Sikandaïrl sont Chiles; Kassul, Sheitane et Alessander sont des êtres humains. Sans se connaître, cinq d'entre eux...
Corps variables – Marcel Theroux Après une préface qui laisse augurer un thriller, Corps variables se présente comme un campus novel avec un narrateur spécialiste de Samuel Johnson, p...
Ceux qui n’oublient pas – Clément Bouh... Ceux qui n'oublient pas, premier tome d'un dyptique intitulé Chaos, s'ouvre sur l'acte dont les conséquences nous seront contées sur 450 pages. Une fe...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *