Atrocius – Fernando Barreda Luna


Je m’étais pourtant bien préparée à avoir peur. Pensez-donc : un film qui s’appelle « Atrocius », regardé dans le noir complet à la nuit tombée, le casque sur les oreilles… Eh bien en fait, malgré ses soixante-quinze minutes, je l’ai trouvé surtout long ce film, et au final : même pas peur !

Atrocius 2

Deux adolescents espagnols se préparent à passer un long week-end pascal avec papa, maman et petit frère dans une maison de campagne. Heureusement, ils ont déniché une vieille légende urbaine (leur passion) susceptible de leur fait passer le temps : si vous vous perdez, la très jeune Melinda, ou plutôt son fantôme, apparaitra et vous montrera le chemin ; mais gare à ne pas tomber dans le puits.

Atrocious 3

Le frère et la sœur sont vidéastes amateurs. Le film que l’on regarde, c’est ce qu’ils filment (remonté plus tard par la police). Ça ressemble donc à de la vidéo amateur (technique du « found footage », chère au Projet Blair Witch), vous savez, ces films que les parents imposaient aux amis, du genre ah comme elles étaient belles nos vacances : la famille dans la voiture, la partie de foot avec papa, il est mignon le chien-chien… . Et soixante-quinze minutes d’images tremblées, non cadrées, c’est long. C’est d’ailleurs le principal défaut du film : les scènes sont beaucoup trop longues.

Alors bien sûr, il y a la traditionnelle visite de la cave (exiguë, souvenirs de famille, peu de lumière) et surtout, la découverte du labyrinthe végétal abandonné contigu à la maison. Le plus long je crois : pendant d’interminables minutes, July (Clara Moraldeta) filme son frère qui avance devant elle (on ne voit donc que son dos), ou bien c’est Cristian (Cristian Valencia) qui filme les arbres et arbustes. On les entend jurer, renifler… Passionnant, vraiment.

Atrocius 1

Ça s’accélère à la fin, et encore, la course nocturne dans le labyrinthe n’en finit pas, tout en lumière verdâtre. L’angoisse est censée être dans ce qu’on ne voit pas, dans les bruits, les cris. Mais non, pour moi il est trop tard, ils peuvent bien tous mourir massacrés, ils ne m’intéressent plus. La technique du found footage, qui doit accentuer le réalisme, ne s’appuyant sur aucune tension dramatique, la peur n’est pas au rendez-vous, ni même l’inquiétude ou la surprise. Bref, décevant.

Atrocius 4

Atrocius
Fernando Barreda Luna, 2012

.
.

Pour recevoir un mail à chaque nouvel article publié :

.

Avec ses roses rouges sur fond noir, Le secret de l’immortelle se présente comme un roman sentimental dont le titre laisse présager une version vampirique. Si amour il y a bien, on ne croise pas l’ombre d’un vampire, malgré un détour en terres roumaines. On peut donc présumer qu’Alma Katsu…
C’est sa très étrange couverture qui m’a donné envie de lire Miss Peregrine et les enfants particuliers. D’autant plus qu’en le feuilletant, on découvre d'autres de ces photos anciennes, toutes aussi bizarres, créant même un malaise diffus. Car ces enfants photographiés ont tout de freaks, ces monstres de foire si…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 commentaires sur “Atrocius – Fernando Barreda Luna

    • Sandrine Brugot Maillard Auteur de l’article

      Eh bien moi, ça m’arrive, mais pas n’importe lesquels, plutôt les films d’angoisse parce que si le sang coule tout e long du film, je ne regarde jamais l’écran 😉

  • Kirst

    Merci pour le conseil ;o)
    Déjà que j’avais trouvé le projet Blair Witch moyen, moyen !!!
    Sinon dans le même genre Paranormal activity (le 1), j’ai trouvé cela pas mal fait et assez flippant.
    Pour l’angoisse pure, je te conseille The Descent (le 1 toujours), film de peur qui fait peur mais pas en « found footage » (mais à quand le food footage !!! le film tourné entre midi et 2 avec des bruits de mastication, de sac sandwich froissé et le tremblement de la caméra provoqué par un opercule de salade de fruits récalcitrant à l’ouverture aaaaRGH trop gore…)
    :o)

    • Sandrine Brugot Maillard Auteur de l’article

      Alors le food footage, je fais une crise en moins de 5 minutes : déjà que je ne supporte pas quand quelqu’un mastique son chewing gum la bouche ouverte à côté de moi (sans parler bien sûr de ceux qui MANGENT la bouche ouverte…), je ferais une attaque c’est sûr 🙂
      Et merci pour ces conseils ciné.