L’honneur des Elfes sylvains – Jarry & Maconi


Elfes sylvains couvertureYfass, elfe des bois ramène Llali  au sein de son clan. Au cours d’un affrontement avec les orks, cette femme lui a sauvé la vie grâce à un don qu’elle ignorait détenir : elle est entrée en communion avec l’esprit de la dame et la magie des anciens blancs, un savoir jadis commun aux elfes et aux hommes (les feljs). Mais les druides sont morts, les hommes ont proliféré, détruisant les forêts au détriment des elfes. Les deux races sont désormais ennemies. Yfass pense que Llali peut devenir druidesse, bien que toutes les lois s’y opposent. Llali, venue chercher l’aide des elfes pour son peuple accepte de recevoir cet enseignement, pour le bien de tous.

Pendant qu’Yfass conduit la jeune humaine auprès des sages de la forêt de Daëdenn, la cité-état d’Eysine est assiégée par les orks mercenaires, le roi ne trouvant aucun partisan car les cités de l’archipel se sont alliées contre lui pour mettre la main sur le détroit du croc. Le roi ne peut compter que sur sa fille Llali qui essaie de persuader Ydrass d’entrer en guerre contre les cités-états de l’archipel qui ne pensent qu’au profit sans respecter les traditions anciennes ni les lois de la forêt.

« Il est dans la nature des hommes de vouloir posséder. »

Les elfes des bois doivent se protéger des hommes, de leur cupidité, de la destruction qu’ils sèment. Mais se dessine peu à peu un autre discours, loin des haines ancestrales, par delà les mensonges : celui de l’alliance entre hommes et elfes, sur fond d’écologie.

Aux couleurs sombres des cités-états s’opposent celles, lumineuses, des forêts elfiques. C’est sur un château en ruine que se lève enfin le soleil pour unir les deux univers. Nicolas Jarry écrit une fable sur la tolérance et l’union, contre les esprits partisans et le racisme. Pour autant, la mise en forme est loin d’être naïve et s’appuie au départ sur une alternance de récits, brillamment mis en case pour ne pas gêner la compréhension. Il est beaucoup question de guerres, d’alliances, d’intérêts et de savoir anciens, toutes choses explicitées dans des passages denses qui font la complexité et la richesse de cet opus.

Elfes-2-planche-2L’honneur des Elfes sylvains, c’est aussi une belle mise en scène de l’héroïsme, du courage et de l’esprit de sacrifice. Llali et Yfass sont deux beaux personnages portés par leurs idéaux mais pas pour autant bornés. L’elfe s’avère moins caricatural que la musculeuse couverture pourrait le laisser prévoir. Ils avancent tous deux contre les préjugés de leur race, faisant ainsi figures de héros sans en revêtir les travers (même s’ils en ont la plastique).

Elfes sylvains

Le graphisme est souvent minutieux (les scènes de combats, la luxuriance des forêts), parfois trop naïf (les scènes en sépia, les orks, les visages trop ronds, les cornes de cerf du maître de chasse) mais globalement convaincant. Certaines planches comportent beaucoup de textes mais l’agencement des cases donne un rythme à ce qui aurait pu être fastidieux. Les récits, sous forme de dialogues, coulent de source et se fondent aux majestueux décors.

On se perdra donc dans ces forêt avec autant de plaisir que dans les mers du tandem Istin / Duarte qui ouvrait cette belle série consacrée aux différentes races d’elfes.

Voici le calendrier de parution de tous les tomes de la série :

1 – Le Crystal des Elfes bleus (Istin & Duarte), 27 février 2013
2 – L’honneur des Elfes sylvains (Jarry & Maconi), mai 2013
3 – Elfe blanc, coeur noir (Péru & Bileau), août 2013
4 – L’Elu des semi-Elfes (Corbeyran & Bordier), octobre 2013
5 – La Dynastie des Elfes noirs (Hadrien & Yi), janvier 2014

Nicolas Jarry sur Mes Imaginaires

Elfes – 2 : l’honneur des Elfes sylvains, Nicolas Jarry (scénario) et Gianluca Maconi, Soleil, mai 2013, 56 pages, 14.30€

.
.

Pour recevoir un mail à chaque nouvel article publié :

.

Claire Gratias met en scène Marin, dix-sept ans, qui en a vraiment marre de ses parents : ils viennent de refuser qu'il organise une fête à la maison avec ses potes pendant les vacances. Parait-il que la fois précédente, il a dépassé les bornes... Trop de bornes, trop de contraintes, parfois,…
Le roi Gradlon a quitté la Bretagne avec de nombreux navires. Alors qu'ils sont à court de vivres, ils aperçoivent enfin les côtes d'une île habitée, entourée de brume. Qui ressemble étrangement à celle qui hante les rêves de Gradlon, avec son imprenable citadelle, sa mystérieuse poterne pour laquelle tant…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *