Cœur de pierre – Gauthier & Almanza


Cœur de pierre 2

CoeurTourner les pages de Cœur de pierre est déjà un enchantement. Jérémie Almanza mêle noirceur et lumière dans des contours flous pour des personnages aux physiques improbables mais attendrissants. Lire l’histoire de ces trois enfants en est un autre, celui d’un drame tendre écrit en alexandrins.

Voilà que naît un enfant au cœur de pierre, qui n’aimera ni ne sourira jamais, diagnostiquent les médecins. Accablés, ses parents ne s’occupent pas de lui et il grandit sans amour. Le même jour naît une petite fille au cœur d’artichaut qui elle aime sans compter et qu’on aime sans retenue. Leurs routes vont se croiser :

Ce fut un coup de foudre, elle aima tout de lui :
Les rides sur son front, ses yeux tristes et sans vie.
Elle fut envahie d’une étrange douceur,
Sentit ses joues rosir et ses genoux trembler,
Tandis que doucement des frissons de chaleur
Parcouraient sa peau claire. Elle n’osait bouger.

Mais bien sûr, l’enfant au cœur de pierre est insensible à toutes ces manifestations, il ne la voit même pas. Heureusement passe par là un enfant au cœur d’or…

Quelle belle histoire, douce et simple, jamais mièvre. C’est une histoire qui dit qu’on ne peut aimer si l’on ne l’a jamais été, que l’amour est aussi important à la constitution d’un enfant que le boire et le manger. Mais qu’il peut s’épuiser aussi à n’être pas payé de retour et qu’on peut en mourir…

Le graphisme magnifique de Jérémie Almanza nous plonge dans un onirisme sombre, proche de l’univers de Tim Burton et les petits personnages portent leurs sentiments sur leur visage, au plus près des émotions. La terrible solitude du Cœur de pierre rencontre la lumineuse joie de vivre du Cœur d’artichaut, et on se prend à espérer un miracle, le miracle de l’amour, car sur le dessin, le temps de quelques cases, le froid et le chaud se marient à merveille.

Cœur de pierre 1

C’est beau et triste à vous arracher le cœur, comme l’amour avec un grand A.

Un portfolio de Jérémie Almanza.

.

Cœur de pierre, Séverine Gauthier (scénario) et Jérémie Almanza (dessin et couleur), Delcourt, avril 2013, 32 pages,9.95€

.
.

Pour recevoir un mail à chaque nouvel article publié :

.

Dans Fantômes contre Fantômes de Peter Jackson, tout commence en pleine action, dans une maison gravement perturbée : une femme est poursuivie par un fantôme dont la silhouette se moule dans les murs, le plancher, les escaliers, détruisant tout sur son passage. Une vieille femme assiste à tout ça, qui se…
Claire Gratias met en scène Marin, dix-sept ans, qui en a vraiment marre de ses parents : ils viennent de refuser qu'il organise une fête à la maison avec ses potes pendant les vacances. Parait-il que la fois précédente, il a dépassé les bornes... Trop de bornes, trop de contraintes, parfois,…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *