Jeunesse

La griffe et le sang – François Larzem

François Larzem.jpgMina, jeune Tsigane de seize ans et héroïne de François Larzem, doit fuir avec sa mère Liuda pour échapper encore et toujours à la violence qui se déchaîne contre leur peuple. Depuis que Dvorek, le père de Mina, est mort en essayant de défendre une enfant attaquée après des soudards, les deux femmes sont des proies faciles. Après un long périple durant lequel elles sont suivies et harcelées par des loups, elles trouvent refuge dans les Carpates, dans une vallée aussi tranquille que possible pour elles. Ce qui n’exclue pas les insultes des uns et les tentatives de viols des autres, surtout de trois frères ivrognes et dégénérés. Elles ne sont pas les bienvenues dans la vallée, mais elles y sont tolérées car Mina a sauvé Adrian, le fils du bourgmestre, de la noyade.

Arrive un jeune mercenaire solitaire, Viorel, qui se met au service du village pour lutter contre des raids ottomans qui mettent la région à feu et à sang. Le jeune homme se rapproche des deux femmes, en particulier de Liuda. Mina se lie d’amitié avec Adrian et vit relativement heureuse si ce n’est les apparitions d’un homme en armure rouge qui hante ses rêves, en plus du lancinant souvenir de son père bien aimé. L’apparition a pour nom Vlad Tepes : c’est au pied de son château en ruine que Mina et sa mère se sont installées.

J’ai trouvé ce roman dynamique par bien des aspects. D’abord l’écriture de François Larzem est fluide, elle change de rythme, s’accélère quand il faut ou prend parfois son temps. Ce qui m’a semblé le plus intéressant c’est que l’auteur nous entraîne là où on ne l’attend pas. Par exemple, on croit voir venir une romance entre Mina et Viorel, mais non. On croit avoir à faire au retour des vampires qui s’abattent sur les villages de montagnes, et voilà qu’il s’agit aussi et surtout de loup-garou. J’aime être surprise et je l’ai été. Et les réécritures de contes traditionnels comme « Le Petit chaperon rouge » ou « Les trois petits cochons » sont réjouissantes.

François Larzem s’empare donc des origines du mythe de Dracula avec originalité, pour proposer aux lecteurs adolescents une héroïne forte ainsi qu’une solide intrigue.

François Larzem sur Mes Imaginaires

La griffe et le sang, François Larzem, Le Pré aux Clercs (Pandore), mars 2013, 307 pages, 16€

A lire aussi :

Les passe-vents – Alain Grousset Jaad vit dans un autre monde, un royaume imaginaire entouré d'un gouffre balayé par les vents, la Grande Faille. Nul ne s'aventure au-delà. Surtout ...
Les îles dans le ciel / 1 – Sylvie Denis Au XXVIe siècle, les hommes ont depuis bien longtemps migré vers les nuages. Cléo et Silmon habitent le Cygne, nuage sur lequel règnent la paix, la ...
Le quadrille des assassins – Hervé Jubert Londres du 19ème siècle, Paris du 17ème, Venise et Tenochtitlan reconstitués : des villes historiques reconstituées destinées au tourisme. Mais des me...
Sprague – Rodolphe Et un beau jour, la mer a disparu... Alors Pip et Viv, les jumeaux de Sprague tentent l'aventure et vont la chercher, droit vers l'houest, sous la c...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot Maillard : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *