L’homme des morts – V M Zito


V M Zito.jpgDans ce roman de V M Zito, nous sommes en 2018. Les Etats-Unis sont coupés en deux : à l’ouest du Mississipi, c’est le royaume des morts, ou plus exactement des ressuscités. Ne vivent là que des morts revenus à la vie et affamés de chair humaine. Enfin il y a aussi Marco, le docteur Henry Marco, ancien neurologue reconverti en tueur de zombies depuis la catastrophe de 2014. Il n’avait pas grand-chose avant, mais le peu qu’il avait, sa femme Danielle, il l’a perdue. Il accomplit donc des missions en zone infestée pour le compte de particuliers de la zone libre. Il renvoie les morts là d’où ils viennent, les tuant une seconde fois, proprement d’une balle dans la tête, pour qu’ils cessent d’être ces créatures sanguinaires et répugnantes. Un boulot comme un autre quand on est définitivement seul. Un boulot certes dangereux, mais qui permet aussi à Marco de chercher Danielle, qui est morte le jour de la catastrophe et qu’il souhaite renvoyer elle aussi, pour lui apporter la paix éternelle.

A force de côtoyer les zombies, le héros de V M Zito sait comment ils fonctionnent, il a compris qu’ils sont guidés par une géographie émotionnelle, sentimentale et inconsciente, qui les fait retourner sur les lieux où ils ont été heureux. C’est comme ça que Marco les retrouve et les tue pour de bon.

Jusqu’au jour où il est contacté par un type de la sécurité intérieure, un type vraiment désagréable qui lui confie une mission qu’il ne peut refuser sous peine de voir mourir son contact en zone libre qui est aussi son beau-frère. Il doit retrouver Roger Ballard, un scientifique qui a mené des recherches sur le virus à l’origine de la mutation avant de mourir. Il aurait travaillé sur son propre ADN à la mise au point d’un vaccin. Marco doit donc se rendre en Californie, à la prison médicale de Sarsgard, où a été vu pour la dernière fois son ancien collègue, avec lequel il n’a pas que des liens professionnels.

Il sera accompagné de Wu, un espion et assassin chinois qui se fait passer auprès de Marco pour son protecteur mais qui cherche à récupérer le vaccin, ou au moins les recherches de Ballard, pour son pays afin qu’il puisse commercialiser le vaccin quand l’épidémie touchera le monde entier.

V M Zito nous propose un roman de zombies qui m’a semblé intéressant sur plusieurs plans. D’abord, il sait varier les registres, même si le principal est l’action : beaucoup de combats et de courses-poursuites, l’auteur s’est appliqué à placer son héros face aux zombies dans les pires conditions qui soient : sous l’eau, dans les flammes, les mains menottées à un quad, dans un embouteillage inextricable, à un contre cinq cents. Beaucoup de bastons, souvent au corps-à-corps, mais ce Marco est un dur à cuir. Certaines scènes de dévoration bien crades dégouteront ou séduiront, c’est selon, V M Zito semble y prendre plaisir…

Autre intérêt de ce roman de V M Zito : le personnage est intéressant, il trimballe un passé douloureux qui ne se dévoile que petit à petit. Un désabusé qui n’a plus rien à perdre, mais qui conserve une certaine morale. C’est un type fracassé qu’on a envie de suivre, dont on veut connaître le passé et les failles. Bref, une bonne dose d’humanité et de tristesse qui emporte l’adhésion. La bande-annonce ci-dessous traduit très bien l’atmosphère nostalgique qui imprègne tout le livre, mais ne rend pas du tout compte des combats acharnés qui se succèdent.

V M Zito nous propose une description intéressante du pays retournée à la barbarie, on s’aperçoit d’ailleurs que Marco n’est pas le seul à vivre dans cette zone infestée. Ce qu’on devine de la zone libre donne envie d’en savoir plus : dictature, espionnage des états et des groupes autour d’un éventuel médicament, mafia et compromission à tous les étages. C’est la fin définitive du rêve américain, le repli vers l’est.

Pas grand-chose de nouveau dans le genre roman de zombies mais une ambiance et un personnage central qui stimulent l’intérêt et soutiennent l’attention du début à la fin.

.

L’homme des morts (The Return Man, 2012), V M Zito traduit de l’anglais (américain) par Patrick Imbert, Calmann-Lévy (Orbit), mars 2013, 369 pages, 20.90€

.
.

Pour recevoir un mail à chaque nouvel article publié :

.

Voici la liste des nominés pour le GPI 2013. Les lauréats seront récompensés lors du prochain festival Etonnants Voyageurs de Saint-Malo (du 18 au 20 mai 2013). 1) Roman francophone Les Derniers parfaits de Paul Béorn (Mnémos) Oniromaque de Jacques Boireau (Armada) Elliot du Néant de David Calvo (La Volte)…
Chuong, seize ans et d'origine vietnamienne, vit désormais sur Reborn. Pollution et montée des eaux ayant eu raison des humains, ceux-ci cherchent à se réfugier sur cette planète habitable nouvellement découverte. Tout s'est bien passé pour les premiers candidats, puis des barrières ont été érigées, des permis demandés : tout le…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *