La malédiction des loups – Lisak et Renversade


Renversade-couv.jpgUne très belle réussite que cet ouvrage, sorte de roman-feuilleton à l’ancienne mode aux illustrations réjouissantes. On y apprend l’essentiel sur les croyances relatives aux loups et on suit une sacrée équipe d’enquêteurs tout droit sortis des films brumeux et horrifiques des temps jadis, mais pas pour autant révolus puisque Camille Renversade les fait revivre pour nous.

1912. Alors qu’il vient d’être nommé au MI5, le major Percy Kinks reçoit un paquet de son ami le professeur Nicholson, criminologue émérite, avec lequel quelques années auparavant il a traqué les cynocéphales en Inde. Il lui est adressé par la secrétaire du professeur, Violet Shelley, et contient un vieil exemplaire du déjà célèbre roman Le Chien des Baskerville dont l’intrigue se déroule dans le Devon. Un article récent signalant la disparition récente du professeur Nicholson dans cette même région, le narrateur décide de s’y rendre. Il est accueilli par Violet Shelley, vétérinaire à Manaton au coeur de la lande du Dartmoor. Elle lui remet les dossiers que le professeur voulait lui confier avant sa disparition. A peine a-t-il le temps de se plonger dans les récits terribles de loups qu’une attaque est signalée. Sur les lieux du drame probable, point de corps mais du sang et des objets ayant appartenu au professeur.

Le major Kinks mène l’enquête à Manaton, rencontrant les uns après les autres ses habitants, le plus intrigant étant sans nul doute le comte Bela Farkas, un Hongrois depuis peu propriétaire du manoir local. En même temps que lui, un camp de gitans s’est installé au village. Quand une jeune fille est retrouvée morte déchiquetée dans la lande, les esprits s’échauffent et la population s’en prend aux gens du voyage. Tandis que les attaques continuent, Kinks fait appel à son ami français, Guyldemard, louvetier de son état. Sitôt arrivé, il organise la protection du village.

Renversade-photo-1.jpg

Tous les ingrédients du feuilleton à rebondissements sont utilisés : la lande brumeuse, les messages codés, les agressions sanglantes, « l’heure des révélations »… Les sinistres événements s’enchaînent n’épargnant pas les innocents. Suspicions et superstitions se déchaînent, alimentées par d’ancestrales croyances et préjugés sociaux. Les personnages correspondent eux aussi aux stéréotypes du genre : valeureux major enquêteur, belle jeune fille opiniâtre, mystérieux comte étranger, foules ignares promptes à s’emporter… C’est à bon escient qu’ils sont ici rassemblés pour un hommage réussi au feuilleton d’aventure mêlé d’une somme sur l’univers des loups. A travers les dossiers du fameux professeur, le (jeune) lecteur touche à tous les sujets relatifs au Canis lupus : le loup dans la mythologie, les contes, la chasse aux loups, la croyance aux loups-garous, la Bête du Gévaudan et même les Berserkers, sans que jamais tout ça ne ressemble à un pensum grâce aux illustrations si originales de Camille Renversade.

Renversade-planche-copie-1.jpg

Photos jaunies, fac-similés, reproductions, dessins… : l’ouvrage se regarde avec plus de plaisir encore qu’il ne se lit. Les dossiers du professeur regorgent de documentation, plus ou moins véridique sur chaque sujet abordé. Le plus intéressant à mes yeux sont les illustrations photos : les  personnages apparaissent en costume dans des décors reconstitués et des poses qui accentuent la dramaturgie. Camille Renversade incarne le major Kinks. On imagine la minutie du travail de recherche pour les reconstitutions, ainsi que le plaisir à mettre en scène ce roman feuilleton.

Après Monstres marins et autres créatures des eaux sombres en 2011, le Club des  Chasseurs de l’Etrange réussit pleinement cette nouvelle mission : ne passer pas à côté.

Renversade-photo.jpg

Le blog de Camille Renversade

 

La malédiction des loups, Frédéric Lisak (texte) et Camille Renversade (illustrations), Plume de carotte, novembre 2012, 140 pages, 23€

On retrouve Cléo là où on l'avait laissée à la fin de Nuit tatouée : blessée, elle est recueillie par Axel et soignée à la Tour de l'Horloge, dans le fief des Chimères. Sa présence ne va pas sans poser de problèmes car pour ces créatures hybrides elle est une Mens,…
C'est grâce à la collection « Patrimoine » des éditions Casterman que l'amateur francophone peut enfin découvrir toutes les aventures que l'Espagnol Victor de la Fuente (1927-2010) a consacré au guerrier Haggarth. Deux volumes ont été publiés en 1978 et 1979 dans le magazine « A Suivre », un restait inédit et le quatrième…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *