Zaya / 1 & 2 – Morvan & Huangjiawei


Zaya-couv.jpgZaya rencontre le succès grâce à ses holo-sculptures. C’est aussi une mère comblée qui élève seule ses jumelles de six ans. Mais Zaya est rattrapée par son passé de tueuse professionnelle. Avant la naissance de ses enfants, elle travaillait pour une organisation intergalactique de tueurs d’élite, la Spirale, qui lui demande de reprendre du service. C’est que les membres de la Spirale sont les cibles d’un tueur en série qui les élimine les uns après les autres.

Zaya confie donc ses enfants à sa soeur et reprend du service à bord d’un vaisseau pourvu d’une intelligence artificielle qu’elle ne tarde pas à reformater afin d’être tranquille.

Ces deux premiers volumes mettent lentement en place un thriller futuriste qui mêle intimité et action. Morvan prend son temps pour installer son personnage principal, soulignant l’importance de la mère et de l’artiste  avant de montrer la tueuse en action.

La mission de Zaya reste assez mystérieuse, on ne sait après deux volumes qui est le mystérieux tueur de tueurs et pourquoi il s’attaque à la Spirale. On ne sait d’ailleurs pas bien non plus ce qu’est cette organisation.

Ce n’est donc pas le scénario qui retient ici l’attention, mais bien le somptueux dessin du Chinois Huangjiawei qui met en place des univers futuristes vraiment originaux. Les tons sont majoritairement ocres, bruns et sépia et les formes liquides, souples jusque dans les édifices et bâtiments. Huangjiawei développe une architecture foisonnante qu’elle soit spatiale ou terrestre : tout l’espace de la case est occupé, le tentaculaire domine, l’organique se mêle au technologique dans une harmonique étrange. C’est à la fois urbain et onirique, avec une touche rétro futuriste des plus réussie.

Zaya planche 1

Je trouve le graphisme tout à fait somptueux, inventif. Bien sûr, qu’il soit Chinois ou pas, l’illustrateur de bande dessinée de science-fiction ne peut tout simplement pas passer à côté de la femme légère et court vêtue, tantôt maman attentionnée, tantôt  brandissant un flingue démesuré. Les fantasmes masculins ne changent guère d’un pays à l’autre…

Zaya-planche-2.jpg

Reste un volume pour éclaircir cette intrigue assez confuse et replonger dans l’univers saisissant de Zaya qui ayant réussi à survivre au massacre des membres de la Spirale ne se sort pas indemne de son passage dans l’hyperespace, car plus personne ne se souvient d’elle, pas même ses enfants.

Zaya, tomes 1 & 2, Jean-David Morvan (scénario) & Huangjiawei (dessin), Dargaud, janvier et septembre 2012, 14.95€ pièce

De l'employé de Guillermo Saccomanno, on ne connaîtra jamais le nom, juste la fonction. Il en va de même pour le chef, la secrétaire, le collègue. Car sur la scène de ce théâtre argentin, nul n'est besoin de savoir comment s'appelle tel ou tel tant chacun est remplaçable, insignifiant, vite…
Conor, jeune adolescent, vit seul avec sa mère. Au début, personne ne savait, puis petit à petit, ça s'est su : la mère de Conor est atteinte d'un cancer. Depuis que tout le collège est au courant, sa vie n'est plus la même, les gens le regardent différemment, avec cette compassion…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *