News

Milady réorganise… à nouveau : Romantica

Nouveau changement chez le label des éditions Bragelonne qui annonce la naissance d’une nouvelle collection, plus chaude que la Milady Romance : Romantica. Plutôt mal nommée puisqu’il ne s’agit pas de romantisme mais de sexe. L’un n’empêche pas l’autre ceci dit, mais mieux vaut être prévenu : « Partant du principe que le sexe et les sentiments ne sont pas dissociables, ce sous- genre de la romance aux contenus explicites n’hésite pas à mettre au c?ur du récit les enjeux liés au désir des femmes modernes. » Le missionnaire peut toujours aller se rhabiller, vive le cheval à bascule, vive la pieuvre !

Jackson.jpgPour ceux qui n’auraient pas tout suivi, il existait déjà des sous-labels (depuis mai 2012) : Milady Pemberley : romance historique à destination des mères de famille et des jeunes filles ;  Milady Central Park : romance proche de la chick-lit, pour les trentenaires ; Milady Vendôme : de la romance mâture, pour les seniors. Je ne sais ce qu’il faut penser du fait que la ville où j’habite a inspiré le titre d’une collection de romances pour grands-mères… sans aucune scène de sexe…

Surfant sur le phénomène « 50 nuances de Grey » de E.L. James, la collection Romantica appuiera son lancement sur un titre de Vina Jackson (un pseudo « for two established writers working together for the first time ») : « 80 notes de jaune« , premier volume d’une trilogie.

Le résumé :
Enfermée dans une relation peu épanouissante, Summer trouve refuge dans la musique et joue Les Quatre Saisons de Vivaldi dans le métro londonien. Lorsque son violon est détruit, la jeune femme reçoit une offre étonnante: Dominik, séduisant professeur d’université à la sensualité débordante, se propose de lui offrir un nouveau violon en échange d’un concert privé. C’est le début d’une relation tumultueuse, placée sous le signe de la soumission. Summer a tôt fait de découvrir de nouvelles formes de plaisir…
80 notes de jaune assure pleinement une sexualité gourmande, avec des personnages pour qui le sexe est un élément essentiel du quotidien.

« Une sexualité gourmande », voilà qui est plus tentant la Milady Vendôme (qui disparaît d’ailleurs pour l’occasion, exit les grands-mères !) Mais il faudra quand même attendre janvier prochain.

(Ceci dit, j’ai fait un petit tour de repérage, et cette histoire semble bien plus glauque que sensuelle ou gourmande : « This story is a dark erotica with BDSM. No romance. At all. » ; « The sexual journey is not romanticized in any way and there is no fucked up bad boy for you to rescue. »)

D’ailleurs, la rentrée d’hiver nous promet un rush sur le porno plus ou moins soft puisque le monde entier lui fait un triomphe. Il nous faudra dans quelques années expliquer aux jeunes filles que non, le fouet n’est pas un ustensile indispensable à une sexualité épanouie…

A lire aussi :

Rose morte /1 – Céline Landressie Rose, jeune femme de vingt-huit ans, est l'unique héritière du comte de Greer en exil, lord Edmund. A la naissance de sa fille, il a fui l'Angleterre ...
Anita Blake / 1 – Laurell K. Hamilton J'avais envie de découvrir Anita Blake, la fameuse tueuse de vampires dont les aventures étaient épuisées (qui a dit épuisantes !) et que Milady réédi...
Le Cycle des démons / 1 – Peter V. Brett On assiste encore parfois à de petits miracles dans le monde de l'édition. A savoir que sous une couverture absolument hideuse, la pire que j'ai vue d...
Les domestiques – Michael Marshall Smith Mark a onze ans. Il vient de quitter Londres pour aller vivre au bord de la mer, à Brighton, ville endormie à ses yeux, avec sa mère malade et son bea...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *